Épicentre de la pédopornographie sur Internet, l’UE entend mieux la combattre

La commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a présenté aux ministres de la Justice de l'UE la nouvelle stratégie européenne contre les abus sexuels sur les enfants. [EPA-EFE/FRANCISCO SECO / POOL]

Alors que l’UE est devenue un foyer de la pédopornographie, les ministres de la Justice de l’Union appuient la stratégie de Bruxelles destinée à lutter plus efficacement contre les abus sexuels sur les enfants. Un article d’Euroefe.

Le sujet a fait l’objet d’un débat lors d’une réunion du Conseil des ministres qui s’est déroulée vendredi 9 octobre. À cette occasion, la commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a présenté aux ministres de la Justice de l’UE la nouvelle stratégie européenne contre les abus sexuels sur les enfants.

« C’est un problème terrible, la violence sexuelle augmente partout en Europe. Il faut une action déterminée au niveau de l’UE, de meilleures enquêtes et une assistance aux victimes », a déclaré la ministre allemande de la Justice, Christine Lambrecht – dont le pays assure la présidence de l’UE jusqu’à la fin décembre -, à l’issue de la réunion.

Elle a également souligné que les fournisseurs de contenu devaient « réagir immédiatement » en supprimant les images de ce type.

La ministre allemande a assuré que les pays voyaient d’un bon œil la stratégie de Bruxelles et l’idée d’une « intensification de la coopération » entre les États membres, avec Europol et d’autres organisations internationales.

Pour sa part, le commissaire européen à la justice, Didier Reynders, a déclaré qu’en septembre, la Commission européenne avait proposé des règles temporaires pour pouvoir continuer à repérer et éliminer les contenus pédophiles sur Internet, car l’entrée en vigueur du code des communications électroniques européen pourrait compliquer la répression de certaines activités.

Selon la Commission européenne, le matériel pédophile sur Internet s’est multiplié au cours des dernières années. En témoigne l’augmentation du nombre de plaintes concernant ce type de contenu : d’un million en 2010, elles sont passées à 17 millions en 2019.

L’Europe constitue actuellement l’épicentre mondial des sites web hébergeant des images d’abus sexuels sur des enfants. Près de 90 % d’entre eux sont situés dans l’UE, en particulier aux Pays-Bas.

La pandémie de COVID-19 a aggravé la situation, avec un nombre croissant d’enfants connectés à Internet.

L'UE veut renforcer la lutte contre les abus sexuels à l'encontre des enfants

L’UE va dévoiler des mesures destinées à combattre les abus sexuels à l’encontre des enfants après que la demande de contenus illégaux impliquant des mineurs a fortement augmenté sur internet, a annoncé la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson.

Il est difficile de localiser les responsables de ces actes, car, en raison du cryptage des données et de la quantité de matériel en ligne, le travail de police qui doit être effectué est considérable.

Dans ce contexte, la Commission européenne a présenté une stratégie pour 2020-2025, le 24 juillet dernier. C’est sur ce document que les ministres de la Justice se sont penchés, en se concentrant sur les aspects judiciaires.

L’objectif est de développer un cadre juridique approprié pour protéger les mineurs, renforcer la réponse à ces crimes et améliorer la coopération.

Bruxelles veut lancer une vaste étude destinée à combler les lacunes législatives existantes, mettre en place un réseau de prévention pour soutenir les pays et s’orienter vers la création d’un centre européen pour prévenir et combattre les abus sexuels sur les mineurs.

La Commission souhaite également travailler avec le secteur Internet pour évaluer quelles seraient les solutions techniques permettant de détecter et de signaler des éléments de ce type dans les communications électroniques cryptées.

Jeudi 8 octobre, plusieurs organisations de protection de l’enfance, dont « Missing Children Europe », « Child Focus » et « Save the Children », ont cosigné un communiqué appelant tous les eurodéputés à soutenir la proposition visant à modifier provisoirement les règles sur les communications électroniques.

« Nous demandons à tous les membres du Parlement européen de soutenir la proposition afin qu’une solution à long terme puisse être élaborée, tout en mettant immédiatement fin au traumatisme et en protégeant les enfants (…) qui se retrouvent une nouvelle fois victimes de la reproduction et de la distribution incessante du matériel documentant les abus qui leur ont été infligés. »

Le scandale de pédophilie en Pologne pourrait faire basculer l'élection européenne

L’onde de choc soulevée en Pologne par un documentaire sur la pédophilie dans l’Église catholique risque de pénaliser le parti conservateur au pouvoir, proche de cette institution, à l’approche des élections au Parlement européen.

Par ailleurs, les ministres ont également évoqué la question de la numérisation de la justice et en particulier celle des preuves électroniques.

Ils ont discuté des propositions législatives destinées à accélérer l’accès aux preuves détenues dans un autre État membre en créant un cadre juridique pour les décisions de justice.

« Nous avons besoin d’instruments qui garantissent l’efficacité des enquêtes transfrontalières. Les preuves électroniques constitueront une étape importante dans cette perspective. Je demande au Parlement européen de prendre position afin que nous puissions rapidement entamer les négociations », a souligné Christine Lambrecht.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER