Éric Zemmour relaxé en appel pour ses propos polémiques sur les juifs

En 2019, Éric Zemmour avait déclaré que Philippe Pétain, président du Conseil des ministres et chef de l’État français sous l’occupation allemande entre 1940 et 1944, avait « sauvé » les juifs français. [EPA-EFE/CHRISTOPHE PETIT TESSON]

La Cour d’appel de Paris a confirmé jeudi, la relaxe de l’ancien candidat à l’élection présidentielle Éric Zemmour, poursuivi pour « contestation de crime contre l’humanité », tout en reconnaissant la « négation » d’une vérité historique.

En 2019, Éric Zemmour avait déclaré que Philippe Pétain, président du Conseil des ministres et chef de l’État français sous l’occupation allemande entre 1940 et 1944, avait « sauvé » les juifs français. Cette position a été contestée à de nombreuses reprises par des historiens, qui assurent qu’elle ne correspond pas à la réalité historique. M. Zemmour était alors le polémiste star de la chaîne CNEWS.

Dans l’exposé des motifs, le tribunal de première instance avait considéré que les propos avaient été tenus « à brûle-pourpoint lors d’un débat sur la guerre en Syrie ». Mais ils représentaient une « négation de la participation [de Pétain] à la politique d’extermination des juifs menée par le régime nazi », explique le jugement rendu en février 2021 et confirmé par la cour d’appel.

En 2010 et 2016, Éric Zemmour avait déjà été condamné de manière définitive pour « provocation à la haine ». Il attend toujours le jugement en appel dans une affaire où il est inquiété pour « provocation à la haine et à la violence » et « injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur origine », et est aussi accusé d’agressions sexuelles par huit femmes.

M. Zemmour a réagi sur Twitteren assurant que « ceux qui [le] traitent de pétainiste ont moralement, historiquement et désormais juridiquement tort ».

Il a aussi lancé sa campagne électorale pour les législatives jeudi soir et sera candidat dans le Var.

Subscribe to our newsletters

Subscribe