La Bulgarie condamnée pour le traitement inhumain d’un journaliste turc extradé

La Cour européenne de Strasbourg a ordonné à la Bulgarie de verser une indemnité de 15 000 euros pour le préjudice moral subi par le journaliste. [rafapress/Shutterstock]

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la Bulgarie pour traitement inhumain et dégradant d’un journaliste turc extradé vers la Turquie, malgré les risques d’être maltraité lors de la persécution des gulénistes dans le pays.

En 2016, les autorités bulgares ont arrêté le journaliste turc, dont le nom n’est pas mentionné dans la décision de justice, à la frontière avec la Roumanie dans un camion, alors qu’il tentait d’échapper aux persécutions du régime d’Erdogan en Turquie et en Bulgarie en tant qu’immigrant illégal en route vers l’Europe occidentale.

Après avoir été arrêté par les autorités bulgares, le journaliste a demandé un avocat, un interprète et l’asile car il risquait d’être persécuté politiquement dans son pays. Les autorités bulgares ont ignoré sa demande de protection internationale et l’ont extradé vers la Turquie.

Le journaliste purge actuellement une peine de 7,5 ans dans une prison turque et est connu des autorités turques comme « guléniste ». Il travaillait auparavant pour le journal Zaman et l’agence de presse Cihan, mais a été licencié et sa carte de journaliste révoquée. La Cour européenne de Strasbourg a ordonné à la Bulgarie de verser une indemnité de 15 000 euros pour le préjudice moral subi par le journaliste.

Environ 90 citoyens turcs ont été expulsés de Bulgarie vers la Turquie pendant la persécution des « gulénistes » après la tentative de coup d’État à Ankara. L’ancien procureur en chef bulgare Sotir Tsatsarov a eu au total quatre oppositions avec des procureurs en chef turcs, une réunion avec le président Erdogan et un nombre encore inconnu de réunions avec l’ambassadeur turc à Sofia.

La Turquie critique un arrêt de la justice européenne sur le voile

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué lundi (19 juillet) un arrêt de la justice européenne autorisant sous condition l’interdiction du voile islamique sur le lieu de travail, l’accusant de méconnaître la liberté de religion.

Subscribe to our newsletters

Subscribe