La Cour suprême répond aux critiques sur le Brexit

Le Daily Mail a attaqué trois juges de la Cour suprême, les qualifiant d'«ennemis du peuple». [lazyllama/Shutterstock]

Le président de la Cour suprême britannique a reproché aux responsables politiques de ne pas avoir défendu suffisamment l’indépendance du système judiciaire après les critiques virulentes de certains médias pro-Brexit à l’encontre des juges l’an dernier.

La Haute Cour d’Angleterre a suscité la colère de plusieurs journaux en novembre en jugeant que la décision d’enclencher le processus de sortie du pays de l’Union européenne devait être approuvée par le Parlement et non prise par le seul gouvernement.

Le Daily Mail a attaqué les trois juges qui avaient rendu cette décision en les qualifiant d’« ennemis du peuple ».

« Je crois que certaines choses qui ont été dites affaiblissaient l’État de droit », a déclaré David Neuberger, le président de la Cour suprême, dans un entretien à la BBC diffusé le 16 février. Il a ajouté que certains responsables politiques – qu’il n’a pas nommés – ne s’étaient pas exprimés assez vite ou assez clairement après les critiques de la presse.

« Après l’audience de la Cour je crois qu’ils auraient pu être plus rapides et plus clairs », a-t-il dit. « Mais nous apprenons tous de l’expérience, responsables politiques comme magistrats. Il est facile d’être critique après les événements. Ils ont été confrontés à une situation inattendue, dont ils ont tiré des leçons, comme toute personne raisonnable. »

>> Lire : La Cour suprême donne les clefs du Brexit au parlement britannique

La ministre de la Justice, Elizabeth Truss, n’a dans un premier temps fait aucun commentaire sur les critiques de la presse visant la Haute Cour. Deux jours plus tard, elle a publié un communiqué pour rappeler que l’indépendance de la justice était « le fondement sur lequel est bâti notre État de droit ».

Le gouvernement a fait appel de la décision de la Haute Cour, que la Cour suprême a confirmée. Le Parlement a autorisé au début du mois la Première ministre, Theresa May, à invoquer l’article 50 du traité européen de Lisbonne pour donner le coup d’envoi des négociations avec l’UE sur le Brexit.

>> Lire : Les députés britanniques autorisent May à déclencher le Brexit