Le Conseil de l’Europe dénonce les violences policières en Grèce

La prison de Korydallos, la plus importante de Grèce EPA/YANNIS KOLESIDIS

Une « pratique courante»  des mauvais traitements policiers, des conditions de détention qui constituent souvent un « affront à la dignité humaine» : le Comité pour la prévention de la torture du Conseil de l’Europe appelle la Grèce à agir d’urgence.

Dans un rapport rendu public jeudi, le Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du Conseil de l’Europe tance Athènes et lui demande de « remédier aux problèmes structurels qui ont notamment provoqué les mauvais traitements persistants des détenus, la surpopulation carcérale et les pénuries de personnel» .

Le CPT reconnaît que quelques améliorations ont eu lieu depuis sa dernière visite en 2015, mais a constaté la persistance de nombreux problèmes fondamentaux.

Face à des mauvais traitements policiers qui demeurent « une pratique courante dans toute la Grèce» , son rapport appelle les autorités à mettre en place un système d’enquête efficace sur ces accusations et à les punir.

Surpopulation carcérale avec des taux d’occupation atteignant 140% dans deux prisons, « graves lacunes en matière de soins médicaux» , niveau de violence et d’intimidation croissant entre détenus, parfois sous l’influence de gangs extérieurs : « de trop nombreux détenus continuent d’être incarcérés dans des conditions qui constituent un affront à la dignité humaine» , pointe le CPT.

Le dirigeant de l'office des statistiques grec condamné à la prison

L’ancien chef de l’office grec des statistiques (Elstat), au cœur de la saga des faux chiffres du déficit public au début de la crise de la dette, a été condamné à deux ans de prison avec sursis.

Dans la prison pour hommes de Korydallos (près d’Athènes), l’une des plus surpeuplées, « le CPT a constaté que jusqu’à sept personnes occupaient une cellule de 9,5 mètres carré contenant des matelas et couvertures sales et infestés de vermine et dont les murs et le plafond portaient des traces de moisissures» , selon le communiqué de presse de l’institution.

Le CPT appelle la Grèce à respecter les normes minimales en terme d’espace vital qu’il a fixées, en veillant à ce que chaque détenu dispose d’au moins 4 m2.

Pour permettre au personnel pénitentiaire de reprendre le contrôle des ailes de prison où les gangs font la loi, « les effectifs doivent être radicalement accrus» .

Plus généralement, le rapport invite le gouvernement, le Parlement et le pouvoir judiciaire grecs à faire de « la remise sur pied du système pénitentiaire»  une priorité.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER