Le destin de la dernière forêt primaire d’Europe dans les mains de la CJUE

Le sort de la forêt de Białowieża oppose Bruxelles et Varsovie. [Aleksander Bolbot/Shutterstock]

L’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne doit rendre son avis sur la fin des opérations de déboisement dans la forêt de Białowieża en Pologne.  Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Situés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, les bois de Białowieża sont menacés par des larves rongeuses et l’appétit, tout aussi gros, des agroforestiers polonais. L’avocat général de la CJUE prend position mardi dans ce dossier.

En novembre 2017 déjà, la Cour avait estimé que la Pologne devait cesser immédiatement les opérations de gestion forestière active dans cette forêt, sauf cas exceptionnel et strictement nécessaire pour assurer la sécurité publique. Cette fois, il s’agit de savoir si Varsovie a respecté cette décision.

Les défenseurs de la forêt de Białowieża comparaissent devant la justice

Le procès de sept écologistes ayant tenté d’empêcher les abattages massifs d’arbres dans la forêt de Białowieża, s’est ouvert devant le tribunal de Hajnowka, dans le nord-est de la Pologne.

Une forêt primaire

Bienvenue dans les bois mystérieux d’Hansel et Gretel. Avec ses chênes moussus, ses loups et ses clairières fangeuses où pataugent les derniers bisons d’Europe, la forêt de Białowieża ressemble à s’y méprendre aux décors sombres des contes racontés par les frères Grimm.

Formée lors de la dernière période glaciaire, il y a 10 000 ans, elle est la seule partie restante de l’immense forêt primaire qui recouvrait autrefois la majorité du territoire européen. Une survivante de 141 885 ha – environ 300 000 terrains de foot – qui s’étend du nord-est de la Pologne jusqu’à la Biélorussie.

« Cette superbe fenêtre sur le passé est aujourd’hui menacée », indique le professeur polonais Tomasz Wesolowski, ancien président de l’Union européenne des ornithologistes. Elle doit d’abord lutter contre une invasion de dendroctones de l’épicéa, ses larves qui pondent leurs œufs sous l’écorce des arbres jusqu’à les faire mourir. Mais aussi contre l’appétit des agroforestiers, relayé par le département des forêts d’État polonais.

La Pologne continue de défier Bruxelles

Bruxelles a envoyé une lettre à la Pologne pour lui demander de respecter la décision de la Cour de justice de l’UE ordonnant la suspension de l’abattage d’arbres dans la forêt de Białowieża, a indiqué une source à la Commission européenne.

« La vie dans le bois mort »

Greenpeace Pays-Bas, le siège de l’organisation écologiste, a fait savoir que « 90 % des arbres prévus dans un premier plan d’abattage avaient déjà été coupés ». De nouvelles propositions prévoient de tripler ce volume. L’ONG en est sûre : « Les ravages du dendroctone servent de prétexte à des intérêts économiques moins avouables. »

Une intensification des coupes « serait un désastre »,pour Tomasz Wesolowski. « Replanter changerait totalement les caractéristiques de cette forêt. Il faut la laisser se débrouiller seule, avec ses parasites. Il est aujourd’hui prouvé que l’abattage de sauvetage fait plus de mal que de bien. Il y a de la vie dans le bois mort », aime à dire ce Polonais, qui chérit « les insectes saproxyles »,ces rongeurs dont se nourrissent les oiseaux de Białowieża qu’il étudie depuis maintenant quarante ans, notamment l’incroyable diversité de pics.

Varsovie accuse Bruxelles de «manipuler les faits» sur la déforestation

La déforestation dans la forêt polonaise de Białowieża, dernière forêt primaire d’Europe, serait moins dramatique que le fait entendre la Commission. Le ministre polonais de l’Environnement accuse Bruxelles de « propager des mensonges » et de « manipuler les faits ».

>> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.