Les eurodéputés militent pour un congé parental homogène

Le congé parental en Europe est loin d'être harmonisé.

Les eurodéputés Tania González et Ernest Urtasun souhaitent que l’Union adopte un congé parental homogène et payé à 100 % en Europe afin de concilier au mieux le travail et la vie privée. Un article de notre partenaire, Euroefe.

Tania González du groupe GUE-NGL (Podemos) et Ernest Urtasun du groupe des Verts-ALE (Catalunya en Comú), deux eurodéputés espagnols, ont présenté à la commission de l’emploi et la commission de l’égalité du Parlement européen des amendements à la proposition de la Commission sur le socle européen des droits sociaux, permettant d’équilibrer au mieux la vie professionnelle et vie privée.

Les deux eurodéputés espagnols ont demandé le vendredi 13 avril que l’Union adopte un congé des aidants, c’est-à-dire un congé permettant de cesser temporairement son activité professionnelle afin d’apporter une aide ou des soins en cas de maladie d’un proche, de 12 jours au lieu des cinq jours présentés dans la proposition de la Commission en avril 2017.

En plus des 12 jours de congé payés des aidants par an, les deux eurodéputés militent pour un congé de paternité obligatoire dans toute l’Union européenne, ce qui, selon eux, pourrait susciter un changement culturel important dans certains États membres.

Bruxelles propose un congé paternité européen de 10 jours

La Commission vient de dévoiler sa proposition de loi garantissant un congé paternité d’au moins dix jours au sein de l’UE. 7 États membres sur 28 ne possèdent aujourd’hui aucune règle garantissant un congé pour les pères.

Pour les deux eurodéputés, un congé parental « homogène » doit être introduit dans tous les États membres, « 100 % payé et non transférable ». « Pour que cette proposition promeuve un partage plus équitable des responsabilités familiales entre les femmes et les hommes, elle doit être obligatoire dans tous les États membres et les congés doivent être 100 % payés », a déclaré Ernest Urtasun.

« Lorsque les hommes assumeront les mêmes responsabilités que les femmes à l’égard de la garde et soins des enfants, des personnes âgées ou à charge, nous parviendrons à en finir avec la division sexuelle du travail et nous construirons des sociétés véritablement égalitaires », a-t-il ajouté.

Tania González est du même avis et estime que « pour résoudre la question de conciliation – ou coresponsabilité – il est nécessaire de changer les politiques publiques qui placent les personnes et les soins au centre ». Ainsi, l’eurodéputée table également sur une homogénéisation du nombre de jours de congés parentaux à tous les États membres.

La future réglementation sur le congé parental, proposée en avril 2017 par la Commission, devrait être votée en séance plénière du Parlement européen d’ici fin 2018.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.