L’eurodéputée allemande Pierrette Herzberger-Fofana porte plainte contre des policiers à Bruxelles

L'eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana à la suite de son intervention, mercredi 17 juin, en plénière au Parlement européen. [AFP/JOHN THYS]

Elle estime avoir été victime de violences policières à tendance raciste à Bruxelles mardi 16 juin. La police, de son côté, estime qu’elle « s’est immiscée » dans une intervention des forces de l’ordre. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

« Quand j’ai dit au policier que j’étais députée au Parlement européen, il ne m’a pas crue. » L’eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana a annoncé, ce mercredi 17 juin, lors de la séance plénière du Parlement européen qu’elle portait plainte en tant que « victime de violences policières ».

Elle souhaite condamner l’« acte discriminatoire à tendance raciste » qu’elle a subi la veille alors qu’elle sortait de la gare du Nord à Bruxelles : « J’ai vu neuf policiers harceler deux jeunes noirs. »

Les eurodéputés exigent la condamnation des brutalités policières en Europe

Un groupe de 118 eurodéputés a demandé à la Commission européenne de condamner les brutalités policières au sein de l’UE et de convoquer un sommet antiraciste. Il réclame aussi l’adoption d’une loi anti-discrimination bloquée au Conseil depuis 12 ans.

Expérience « traumatisante »

L’eurodéputée explique, alors, qu’elle avait son téléphone en main et qu’elle a fait une photo de la scène, « ce qui est légal ».

Elle raconte que les policiers se sont alors dirigés vers elle et lui ont « arraché le téléphone des mains » : « Quatre des neuf policiers armés m’ont brutalement poussée contre le mur. Ils ont violemment pris mon sac à main. Ils m’ont plaquée au mur jambes écartées. »

Elle considère avoir été traitée de « façon humiliante », l’un des policiers n’ayant pas voulu la croire lorsqu’elle a indiqué qu’elle était députée au Parlement européen : « Alors qu’il avait en main mes deux passeports ! »

Elle qualifie cette expérience de « traumatisante ». Et estime qu’elle prend un écho particulier avec ce qui se passe dans le monde depuis le décès de George Floyd aux États-Unis. Pierrette Herzberger-Fofana demande au Parlement européen de prendre des « mesures concrètes pour bon nombre de personnes qui ne sont pas ici et qui n’ont pas pu échapper à la violence policière ».

Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER