L’eurodéputée allemande Pierrette Herzberger-Fofana porte plainte contre des policiers à Bruxelles

L'eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana à la suite de son intervention, mercredi 17 juin, en plénière au Parlement européen. [AFP/JOHN THYS]

Elle estime avoir été victime de violences policières à tendance raciste à Bruxelles mardi 16 juin. La police, de son côté, estime qu’elle « s’est immiscée » dans une intervention des forces de l’ordre. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

« Quand j’ai dit au policier que j’étais députée au Parlement européen, il ne m’a pas crue. » L’eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana a annoncé, ce mercredi 17 juin, lors de la séance plénière du Parlement européen qu’elle portait plainte en tant que « victime de violences policières ».

Elle souhaite condamner l’« acte discriminatoire à tendance raciste » qu’elle a subi la veille alors qu’elle sortait de la gare du Nord à Bruxelles : « J’ai vu neuf policiers harceler deux jeunes noirs. »

Les eurodéputés exigent la condamnation des brutalités policières en Europe

Un groupe de 118 eurodéputés a demandé à la Commission européenne de condamner les brutalités policières au sein de l’UE et de convoquer un sommet antiraciste. Il réclame aussi l’adoption d’une loi anti-discrimination bloquée au Conseil depuis 12 ans.

Expérience « traumatisante »

L’eurodéputée explique, alors, qu’elle avait son téléphone en main et qu’elle a fait une photo de la scène, « ce qui est légal ».

Elle raconte que les policiers se sont alors dirigés vers elle et lui ont « arraché le téléphone des mains » : « Quatre des neuf policiers armés m’ont brutalement poussée contre le mur. Ils ont violemment pris mon sac à main. Ils m’ont plaquée au mur jambes écartées. »

Elle considère avoir été traitée de « façon humiliante », l’un des policiers n’ayant pas voulu la croire lorsqu’elle a indiqué qu’elle était députée au Parlement européen : « Alors qu’il avait en main mes deux passeports ! »

Elle qualifie cette expérience de « traumatisante ». Et estime qu’elle prend un écho particulier avec ce qui se passe dans le monde depuis le décès de George Floyd aux États-Unis. Pierrette Herzberger-Fofana demande au Parlement européen de prendre des « mesures concrètes pour bon nombre de personnes qui ne sont pas ici et qui n’ont pas pu échapper à la violence policière ».

Lire la suite sur Ouest-France

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer