May opte pour une réponse modérée face à la Russie

La Première ministre britannique a accusé Moscou de l’empoisonnement à Salisbury de Sergeï Skripal et de sa fille, tous deux hospitalisés dans un état critique. [EPA-EFE/Will Oliver]

Lors du sommet européen, Theresa May informera ses homologues européens sur l’empoisonnement de Sergeï Skripal, mais ne demandera pas de sanctions supplémentaires à l’encontre de Moscou.

« Personne ne parle de sanctions supplémentaires », a déclaré un haut responsable de l’UE le mardi 20 mars au sujet de l’empoisonnement de l’ancien espion russe. « Mes collègues de Londres ne m’ont pas demandé de présenter des mesures restrictives. »

La Première ministre britannique a accusé Moscou de l’empoisonnement à Salisbury de Sergeï Skripal et de sa fille, tous deux hospitalisés dans un état critique, et a expulsé 23 diplomates russes du pays. En réponse, la Russie a expulsé à son tour 23 diplomates britanniques.

Les deux victimes auraient été empoisonnées par un agent neurotoxique innervant, le Novitchok, développé par des chercheurs de l’URSS, selon les autorités britanniques.

Le Royaume-Uni a reçu « une solidarité sans réserve » de la part des ministres des Affaires étrangères de l’UE. Cependant, cette « solidarité » ne sera pas assortie de sanctions économiques supplémentaires à l’encontre de la Russie. Et le gouvernement britannique a décidé de ne pas imposer unilatéralement des sanctions à la Russie lors d’une réunion le 20 mars.

Cette attaque « pose un certain nombre de questions quant à la préparation de l’Union », estime pourtant le haut responsable européen.

Plébiscité pour la quatrième fois, Poutine conforte son pouvoir face aux Occidentaux

Vladimir Poutine a été largement réélu pour un quatrième mandat à la tête de la Russie avec 76,67 % des voix, selon des résultats quasi définitifs publiés lundi, confortant encore son pouvoir en pleine crise avec les Occidentaux.

Plus tôt dans la journée, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, a appelé le président Vladimir Poutine à aider à « rétablir » la coopération en matière de sécurité après sa réélection pour un quatrième mandat.

« J’ai toujours soutenu que de bonnes relations entre l’UE et la Fédération de Russie étaient cruciales pour la sécurité de notre continent », assure-t-il au président russe dans une lettre de félicitations.

Vladimir Poutine ne doit cependant pas s’attendre à un message similaire de la part du président du Conseil européen, selon le haut responsable européen. Donald Tusk « n’a pas envoyé de lettre de félicitations et je ne serais pas surpris qu’il n’en envoie pas du tout ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.