Panne des numéros d’urgence. Enquête administrative après le décès d’un enfant de 28 mois en Vendée

« À cette heure, je ne parle pas de dysfonctionnement tant que l’enquête n’a pas eu lieu », insiste Jean-Jacques Coiplet, directeur de l'ARS des Pays de la Loire. [GiulianiBruno/Shutterstock]

Un enfant de 28 mois est décédé jeudi matin alors que la France avait connu une panne générale des numéros d’urgence la veille. L’Agence régionale de santé des Pays de la Loire ouvre une enquête administrative. Un article de notre partenaire Ouest-France.

L’annonce est venue du directeur régional de l’Agence régionale de santé, Jean-Jacques Coiplet lors d’une conférence de presse sur la situation du Covid-19, jeudi 3 juin 2021 dans l’après-midi.

« Il faut qu’on vous précise qu’on a été informé par le Samu 85 du décès d’un enfant de 28 mois en Vendée. Le décès est intervenu à Chavagnes-en-Paillers, ce matin (jeudi). On examine, avec les autorités compétentes, les circonstances de ce décès. »

Jeudi soir, la préfecture de la Vendée organise une nouvelle conférence de presse cette fois dédiée à l’événement tragique. « Il apparaît qu’il y a un doute quant aux conséquences du dysfonctionnement national d’accès aux numéros d’urgence dans le délai d’appel au service du Samu […]. C’est ce doute, légitime compte tenu de ce contexte, qui nous conduit avec le directeur de l’ARS, à demander une enquête administrative », indique Benoît Brocart, préfet de la Vendée après avoir fait part de son émotion et adressé sa sympathie attristée ​à la famille.

Des faits qui se sont déroulés jeudi matin

Jean-Jacques Coiplet « partage l’émotion » du préfet « et la peine des parents » ​avant de livrer la « chronologie des faits »​.

Jeudi matin, le Samu de Vendée est alerté par un appel de la maman du jeune enfant « à 8 h 21 pour un arrêt cardiorespiratoire. À 8 h 22, c’est l’engagement des pompiers de Chavagnes-en-Paillers et le SMUR du centre hospitalier de La Roche-sur-Yon. À 8 h 46, c’est le départ du SMUR pédiatrique de Nantes et à 9 h 25, malheureusement, c’est le constat du décès de l’enfant ».

Le directeur de l’ARS ajoute : « La maman a indiqué avoir appelé pendant une heure le 15 puis le 18 et après, elle a pu appeler le numéro de secours à 10 chiffres ». Numéro de substitution trouvé par la maman « via les réseaux sociaux ».

« À cette heure, je ne parle pas de dysfonctionnement tant que l’enquête n’a pas eu lieu », insiste Jean-Jacques Coiplet. Un signalement a été transmis au procureur par le centre hospitalier.

Pompiers volontaires et numéro unique d’urgence : l’Assemblée adopte une proposition de la loi Matras

L’Assemblée nationale a adopté jeudi (27 mai) à l’unanimité, en première lecture, une proposition de loi pour mieux valoriser les sapeurs-pompiers volontaires et expérimenter un numéro unique d’appels d’urgence.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer