Varsovie accuse Bruxelles de «manipuler les faits» sur la déforestation

La forêt de Białowieża abrite notamment les bisons d'Europe. [Shutterstock]

La déforestation dans la forêt polonaise de Białowieża, dernière forêt primaire d’Europe, serait moins dramatique que le fait entendre la Commission. Le ministre polonais de l’Environnement accuse Bruxelles de « propager des mensonges » et de « manipuler les faits ».

Devant la Cour européenne de justice, qui se penche actuellement sur les abattages illégaux dans la plus vieille forêt polonaise, Jan Szyszko, le ministre polonais à l’Environnement n’y est pas allé par quatre chemins. Selon lui, la Commission européenne exagère grossièrement l’ampleur du phénomène en manipulant des photos et en diffusant des informations fausses.

Le ministre avait obtenu une audience supplémentaire, après s’être plaint d’un supposé parti-pris du vice-président de la CJUE, qui présidait l’audience précédente. Il en a notamment profité pour assurer que les photos utilisées par la Commission pour prouver l’ampleur des dégâts avaient été modifiées lors d’une cyberattaque. Bruxelles « ne devrait pas propager des mensonges comme l’a fait la Commission », a-t-il jugé. « Elle a faussé les faits et ses données ne sont pas fiables. »

La forêt de Białowieża est l’une des dernières forêts primaires en Europe, et est reconnue comme un site de l’UNESCO. Varsovie est accusée d’avoir continué des abattages  importants malgré la protection de l’UNESCO et une interdiction temporaire décidée en juillet par la CJUE.

La CJUE ordonne à Varsovie de cesser les abattages dans la forêt de Białowieża

Saisie par la Commission, la Cour de justice de l’UE a ordonné à la Pologne de suspendre les abattages d’arbres dans la forêt de Białowieża, un site naturel protégé. Varsovie soutient cependant que les abattages permettent d’entretenir la forêt.

« C’est la toute première fois que la Cour européenne rendra un jugement sur la violation de mesures temporaires par un État membre. Cela montre qu’elle traite ce dossier avec beaucoup de soin », a estimé Agata Szafraniuk, avocate pour le groupe de défense de l’environnement ClientEarth.

Initialement, les autorités forestières polonaises avaient assuré que les abattages avaient pour but de stopper la progression d’un parasite dangereux pour les arbres. Cette justification a cependant été abandonnée, relève un représentant de la Commission. La Pologne assure à présent qu’il s’agit d’une question de sécurité publique.

La Pologne continue de défier Bruxelles

Bruxelles a envoyé une lettre à la Pologne pour lui demander de respecter la décision de la Cour de justice de l’UE ordonnant la suspension de l’abattage d’arbres dans la forêt de Białowieża, a indiqué une source à la Commission européenne.

Le 17 octobre, le tribunal a décidé que l’affaire serait portée devant l’assemblée complète des juges de la CJUE, y compris son président et vice-président, avant la fin de l’année. Une telle session impliquant les 15 juges de l’institution est rare, et n’est convoquée que dans des cas d’une grande importance.

La question de la forêt de Białowieża n’est pas le seul exemple de tension entre Bruxelles et Varsovie. Les propositions de réformes du système judiciaire émises par le gouvernement polonais se sont en effet attiré les foudres des institutions européennes et a poussé la Commission a envisager un retrait du droit de vote du pays au Conseil, pour cause de violation de l’état de droit.

L'UE se concerte pour sortir de l'impasse en Pologne

La Commission européenne jauge le soutien dont elle dispose au sein de l’UE dans son bras de fer avec le gouvernement polonais, qui refuse de modifier ses réformes judiciaires controversées malgré la menace de sanctions sans précédent.

Subscribe to our newsletters

Subscribe