Zéro de conduite pour des juges de l’UE

[EPA-EFE/NICOLAS BOUVY]

Les députés européens somment la Cour de justice de l’Union de clarifier l’usage des voitures officielles par certains magistrats. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Les députés européens accusent la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), plus haute juridiction de l’Union, de mettre en péril « sa réputation et son éthique ». Ils reprochent à certains juges d’utiliser les chauffeurs payés par le contribuable pour des voyages personnels hors du Luxembourg, où siège la CJUE.

Des trajets sans lien avec leur travail et non justifiés. Comme quand des chauffeurs se rendent dans le pays d’origine d’un juge sans que ce dernier ne soit à bord du véhicule. Ou lors de déplacements pour des projections privées, des expositions d’art ou encore des obsèques.

Mise en place d’une « approche plus restrictive »

Depuis 2018, la Cour affirme avoir mis en place une « approche plus restrictive » de l’utilisation des voitures officielles avec chauffeur. Elle a elle-même recensé, en 2017, trente-deux cas de voyages qui ne sauraient être qualifiés de déplacements professionnels. L’année suivante, elle a encore dénombré vingt-trois cas de pratiques abusives. Pour 2019, elle ne concède que trois dérapages. Une diminution que le porte-parole de la Cour impute à la « clarification des règles internes ».

Sauf que ces nouvelles règles n’ont jamais été communiquées au Parlement européen, malgré ses multiples demandes.

Lire la suite sur Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER