Critiques de Barroso après la votation suisse

Promoted content

Retrouvez cette vidéo en français. Cliquez sur le bouton « CC » dans la barre du lecteur vidéo, puis choisissez la langue de votre choix dans le menu déroulant.

José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a mis en garde la Suisse jeudi dernier: elle risque de perdre l’accès au marché unique européen si elle poursuit ses projets visant à limiter l’immigration provenant de l’UE.

Les propos de Barroso font suite à la déclaration du gouvernement helvétique sur un projet de loi qui visera à limiter l’immigration d’ici la fin de l’année.

« Nous n’allons pas négocier le principe de liberté de circulation des personnes. Ça, c’est un élément intégral, on ne peut pas le négocier. Nous ne sommes pas prêts à reficeler le paquet, à faire un bricolage rapide. Le Conseil fédéral maintenant doit prendre une décision et après, on pourra bien sûr en discuter, mais dans le respect des principes qui sont essentiels », a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso.

50,3 % des Suisses ont voté « oui » à la réintroduction de quotas d’immigration pour les citoyens européens lors d’un référendum controversé organisé par un parti nationaliste.

La Commission a exhorté la Suisse à fournir une solution qui garantit le respect des accords actuels avec l’UE.

« C’est la Suisse qui doit maintenant venir avec des solutions. C’est pourquoi ce n’est pas à moi ni à la Commission de présenter des solutions. C’est une situation que l’on trouve maintenant où la Suisse pourra être en difficulté de faire respecter l’accord qu’elle a signé avec l’Union européenne. »

« Alors ce n’est pas juste que l’Europe offre à la Suisse ces conditions et qu’après la Suisse n’offre pas les mêmes conditions. Il y a un accord international entre la Suisse et l’Union européenne qui doit être respecté », a-t-il poursuivi José Manuel Barroso.

Une délégation suisse devrait se rendre à Bruxelles jeudi prochain pour négocier avec des représentants européens.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.