En Seine-Saint-Denis, une Europe peu visible mais bien présente

Trois élèves du lycée Eugène Hénaff (Bagnolet) présentent leurs textes rédigés en partenariat avec la ZEP (Zone d'éducation prioritaire), tandis que Louise Guillot, porte-parole des Jeunes européens, décrit son sentiment d'être européenne.

Où est l’Europe dans le 93 ? C’est à cette question qu’a souhaité répondre la consultation citoyenne du 3 mai, organisée à Pantin par le média Euractiv.fr. Financements, mobilité, … l’Europe existe aussi en Seine-Saint-Denis. Un article de Toute l’Europe.

« On ne la voit pas toujours de façon évidente, il faut parfois gratter un peu, mais l’Europe est partout ». Rédactrice-en-chef du site Euractiv.fr, c’est en rappelant cette ambition de mieux faire connaître l’Europe qu’Aline Robert a introduit la consultation du 3 mai à Pantin. L’occasion de « gratter » pour rendre l’action de l’Union européenne plus concrète auprès des habitants de Seine-Saint-Denis, et plus particulièrement des jeunes. Un public peu informé sur le sujet, mais qui semble avoir apprécié l’événement.

Brexit, Parlement européen et multilinguisme, un eurodéputé répond aux lycéens du 93

L’eurodéputé socialiste Guillaume Balas (Île-de-France), s’est rendu au lycée Simone Veil à Pantin (93) pour répondre aux questions sur l’Europe des élèves de terminale Gestion et Administration.

Une envie de bouger

« J’ai trouvé ça vraiment très intéressant et accessible aux jeunes », « on nous apprend beaucoup de choses, notamment sur les voyages que j’aimerais faire » : élèves de première ES au lycée Assomption-Bondy, Élodie et Annaëlle se sont, comme leurs camarades, senties particulièrement concernées par les programmes de mobilité européenne. Le plus connu, Erasmus+, permet non seulement d’étudier dans un autre pays mais aussi d’y faire un stage ou d’y monter une entreprise. La responsable du Bureau de liaison du Parlement européen en France, Isabelle Coustet, a également détaillé deux autres options : le service volontaire européen (SVE), grâce auquel les jeunes peuvent s’engager dans un projet associatif ou humanitaire dans un autre pays, et l’initiative « découvrir l’UE », qui offrira bientôt des pass Interrail à 15 000 jeunes pour voyager gratuitement dans plusieurs pays d’Europe. Ouvert aux plus de 18 ans, le lancement du projet est prévu pour le 27 juin.

Le coût du pass Interrail pour les jeunes Européens inquiète

La Commission européenne souhaite offrir un pass Interrail gratuit à 15 000 jeunes de 18 ans dès l’été prochain. Mais le budget nécessaire, 700 millions d’euros, soulève déjà des critiques.

Des doutes subsistent toutefois sur la capacité, pour les jeunes du département le plus pauvre de France, d’accéder à ces programmes. Quand vient le tour des échanges avec le public, les questions se succèdent sur le manque d’information des populations du 93 à ce sujet, mais aussi leurs difficultés financières et scolaires qui contrecarrent parfois leurs projets de séjour. « J’ai l’impression que c’est trop dur d’y accéder, je pense que jamais je ne pourrai le faire », résume ainsi Antony, en première ES à Bondy. Sans sous-estimer ces difficultés, Mme Coustet déplore des barrières « très françaises » : « en Europe du Nord, après le bac les jeunes s’accordent un an pour partir et découvrir. Un an pendant lequel on n’est pas obligé d’être rentable et d’apprendre ». Et souligne à quel point le SVE offre justement cette possibilité, « pour ceux qui en ont envie et qui s’en accordent le droit », de partir sans condition de diplôme ou de ressources.

Orchestres et espèces menacées

Outre la mobilité, la consultation a également fait le point sur les projets soutenus par l’Union européenne en Seine-Saint-Denis. À travers le fonds social européen, le département a par exemple choisi d’accompagner les allocataires du RSA qui peinent à trouver un emploi. La communauté d’agglomération Est Ensemble, elle, agit entre autres pour préserver et valoriser les « murs de pêche » de la ville de Montreuil, qui protégeaient autrefois les cultures des intempéries et gardaient la chaleur du soleil.

De son côté, la Philharmonie de Paris bénéficie de fonds européens pour animer un orchestre symphonique de jeunes originaires de plusieurs villes du 93. Enfin, la préservation des espèces animales a également été évoquée : cas unique en Europe, le territoire intégralement urbain de Seine-Saint-Denis est en effet classé « Natura 2000 » depuis 2006. Objectif : protéger 12 espèces d’oiseaux rares présentes dans les 15 parcs et forêts du département. Comme le résume Claudia, lycéenne venue assister à la consultation avec sa classe, « Ici, on apprend plus de choses sur l’Europe qu’à l’école ».

Simplon, ou l’inclusion sociale par le codage

Simplon forme gratuitement au métier de développeur des publics éloignés de l’emploi ou des personnes en reconversion professionnelle. Un projet qui séduit les fonds européens toutes catégories.

Subscribe to our newsletters

Subscribe