60 millions de masques fabriqués en Chine saisis par la police italienne

Deux laboratoires italiens ont révélé que les masques étaient « non conformes à la réglementation en vigueur et dangereux pour la santé », avec une capacité de filtrage « même dix fois » inférieure à la norme. [sunfe/Shutterstock]

La police financière italienne, sur ordre du procureur de Gorizia, dans le nord-est du pays, a saisi 60 millions de masques faciaux FFP2 et FFP3 de fabrication chinoise achetés en 2020 par le commissaire spécial à l’urgence COVID-19.

Ces masques étaient destinés aux hôpitaux et au personnel soignant, mais un examen effectué dans deux laboratoires italiens a révélé que les masques étaient « non conformes à la réglementation en vigueur et dangereux pour la santé », avec une capacité de filtrage « même dix fois » inférieure à la norme.

Au total, il y avait 250 millions de masques FFP2 et FFP3, dont 190 millions ont déjà été distribués, ce qui représente un peu moins de 50 % de tous les masques que l’Italie a importés de Chine avant de mettre fin aux achats de masques étrangers en juillet 2020. Toutefois, on ne sait pas exactement combien ont déjà été utilisés.

Substance nocive : le gouvernement belge appelle à ne plus utiliser les masques qu'il a fournis

Le gouvernement belge a recommandé de ne plus utiliser les masques en textile qui sont distribués gratuitement par les pharmaciens depuis juin dernier, car ils peuvent contenir des substances nocives.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer