À Paris, Obama et Hollande ont discuté du climat et de la situation internationale

François Hollande et Barack Obama.

Les anciens présidents américain et français se sont entretenus à Paris samedi pour envoyer un signal fort à Donald Trump : les accords de Paris sont « irréversibles ». Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Barack Obama, en visite à Paris où il doit intervenir devant un réseau d’acteurs des communications, et François Hollande ont discuté samedi de la question du climat, affichant la conviction que l’accord de Paris avait créé un mouvement « irréversible ». Auparavant, l’ancien président américain a eu un déjeuner privé avec Emmanuel Macron, dont rien n’a filtré.

Climat: le recours du fermier péruvien contre RWE sera jugé sur le fond

Après avoir été acceptée, la plainte du fermier péruvien contre l’énergéticien RWE a franchi, ce 30 novembre, la deuxième étape judiciaire. La haute cour régionale de Hamm (Allemagne) a accepté de la juger sur le fond et de ne pas mettre fin à la procédure. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Quand deux anciens présidents se rencontrent, que se racontent-ils ? Des histoires de chefs d’État, vraisemblablement. L’ex-président démocrate des États-Unis Barack Obama s’est entretenu un peu moins d’une heure dans son hôtel avec l’ancien président français François Hollande – après avoir déjeuné en privé avec Emmanuel Macron à l’Élisée.

De ce déjeuner-là, on ne saura rien. Mais de la discussion entre Obama et Hollande, l’entourage de l’ancien chef d’État français a fait savoir qu’elle avait tourné autour de la Cop21 et de l’accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015.

« Aborder la situation internationale »

« Au-delà d’une rencontre entre deux anciens présidents qui ont travaillé ensemble », cet échange leur a permis notamment d’« aborder la situation internationale », a expliqué l’entourage de François Hollande.

Les États-Unis montrent leur second visage à la COP23

À la COP23, l’« autre moitié » des États-Unis a présenté ses efforts de lutte contre le changement climatique, malgré la décision de Donald Trump de quitter l’accord de Paris.

Et « bien sûr », ils ont parlé du climat et de l’accord de Paris, premier pacte engageant tous les pays à limiter le réchauffement climatique. « Ce serait mieux que les États-Unis sous Donald Trump ne se désengagent pas de l’accord de Paris, mais l’accord conclu crée un tel mouvement qu’il est irréversible », a-t-on fait valoir de même source, rappelant que des États américains et entreprises avaient annoncé qu’ils continueraient à prendre des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

>> Lire la suite sur le site de Ouest-France