L’Autriche veut réveiller les consciences sur le conflit ukrainien

Le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz s’est dit inquiet de la situation humanitaire après s’être rendu en Ukraine. [DG ECHO/ Flickr]

À la mi-janvier, de nouvelles négociations seront menées sur le conflit en Ukraine dans le cadre de l’OSCE que préside l’Autriche. Le cessez-le-feu est peu respecté. Un article d’EURACTIV Allemagne.

Sebastian Kurz, ministre autrichien des Affaires étrangères, qui préside l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) cette année, a donné le coup d’envoi de son mandat en allant constater lui-même la situation en Ukraine.

En se rendant sur la zone de conflit cette semaine, il a cherché à démontrer que la question était toujours aussi importante et à la ramener sous les projecteurs internationaux.

Lors de sa visite sur le terrain, il a rencontré son homologue ukrainien, Pavlo Klimkin et des membres de la mission d’observation de l’OSCE.

La mission spéciale d’observation peine à tenir ses objectifs, en raison d’un environnement difficile : restrictions sur la liberté de mouvement, frappes de drones et présence d’armes lourdes.

Les responsables n’ont donc pas pu vérifier si l’accord sur le retrait des armes avait été respecté ou non, ce qui a contribué à la « situation sécuritaire précaire ».

Suite à sa visite, Sebastian Kurz s’est dit « inquiet vis-à-vis du haut degré de violence, des violations perpétuelles du cessez-le-feu, de l’impact du conflit sur la population civile des deux côtés ainsi que sur la situation humanitaire extrêmement difficile ».

Des commentaires soutenus par un rapport de la division humanitaire des Nations unies (UN OCHA), qui estime que jusqu’en novembre 2016, le conflit a fait environ 9 640 morts et 26 000 blessés.

Ainsi, la situation humanitaire est incroyablement précaire. Environ 3,1 millions de personnes dépendent d’aides et dans la région du Donbass, 1,7 million de personnes sont déplacées internes (PDI).

Sebastian Kurz s’est déjà prononcé pour l’assouplissement des sanctions contre la Russie et a récemment déclaré au journal allemand Der Spiegel que les mesures devraient être progressivement supprimées. Il a par ailleurs affirmé que la présidence de son pays à l’OSCE serait l’occasion d’avancer sur ces sujets.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.