Boycott des Jeux olympiques de Pékin : la France s’engage à coordonner la position de l’UE

Des personnes passent devant une horloge indiquant qu’il reste 30 jours avant les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 dans une rue de Pékin, en Chine, le 5 janvier 2022. [EPA-EFE/WU HONG]

La France, qui assure la présidence tournante du Conseil de l’UE, tentera de parvenir à une position commune de l’UE concernant la participation de personnalités politiques à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, le 4 février.

Un haut fonctionnaire français, s’exprimant «  en off  » devant des journalistes bruxellois lors d’un voyage de presse à Paris pour le lancement de la PFUE jeudi (6 janvier), a déclaré que l’approche des pays de l’UE vis-à-vis de la Chine avait oscillé entre « trop naïve » et « trop conflictuelle ».

Interrogé par EURACTIV sur ce que serait la position française concernant la participation politique, compte tenu du boycott américain en raison des « atrocités » de la Chine en matière de droits de l’homme, le fonctionnaire a déclaré qu’une position commune de l’UE aurait « beaucoup de sens ».

« Nous allons en discuter lors de nos prochaines réunions et essayer de parvenir à une position commune », a-t-il ajouté.

Il a été rapporté précédemment que la France ne se joindrait pas au boycott diplomatique, mais le fonctionnaire n’a donné aucune indication sur ce que devrait être la position commune. Entre-temps, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront à Brest du 12 au 14 janvier.

Les États-Unis, le Canada et l’Australie ont déclaré qu’ils n’enverraient pas de ministres à la cérémonie d’ouverture. Le nouveau gouvernement allemand a fait de même, et le Danemark serait en train de débattre de la question.

En juillet dernier, le Parlement européen a appelé l’UE à boycotter les Jeux olympiques d’hiver de février 2022 à Pékin, à moins que la Chine n’améliore la situation des droits de l’homme à Hong Kong et dans la province du Xinjiang. La situation s’est depuis détériorée, et les tensions avec Taïwan n’ont fait qu’exacerber les choses.

Les Jeux olympiques d’hiver sont prévus du 4 au 20 février. Pourtant, en raison des restrictions sanitaires, peu d’hommes politiques devraient se rendre à Pékin, à l’exception du président russe Vladimir Poutine, qui a accepté l’invitation de son homologue chinois Xi Jinping.

Pour la Chine, la cérémonie d’ouverture revêt une importance symbolique majeure. Si les autres grands pays occidentaux, à l’exception des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie, ne se joignaient pas au boycott, cela serait considéré comme une victoire pour Pékin et une défaite pour les États-Unis.

Malgré l’ambition française de coordonner l’approche des 27 membres de l’UE, une position commune semble utopique. La plupart des pays de la partie orientale du continent sont membres du format 17 +1 avec la Chine (bien que la Lituanie l’ait récemment quitté, réduisant le nombre à 16).

Le fonctionnaire français a déclaré que le format correct pour que l’UE parle à la Chine était le format 27 +1.

Le Parlement européen exhorte l'UE à boycotter les Jeux olympiques de Pékin

Jeudi (8 juillet), le Parlement européen a appelé l’UE à boycotter les Jeux olympiques d’hiver 2022 à Pékin, à moins que la Chine n’améliore la situation des droits de l’homme à Hong Kong et dans la province du Xinjiang, où vit la minorité musulmane ouïghoure.

Subscribe to our newsletters

Subscribe