Berlin, Paris et Londres appellent l’Iran à retirer toutes les mesures violant l’accord nucléaire

L’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont appelé dimanche l’Iran à abandonner les mesures qui sont contraires à l’accord nucléaire de 2015, alors que Téhéran vient d’annoncer qu’il s’affranchissait de toute limite sur l’enrichissement d’uranium.

« Nous appelons l’Iran à retirer toutes les mesures qui ne sont pas conformes à l’accord nucléaire », ont déclaré dans un communiqué commun la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Jonhson.

L’accord a été conclu à Vienne en 2015 après douze ans de crise et d’intenses négociations entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) plus l’Allemagne.

L’Iran s’y engage à réduire ses capacités nucléaires en échange de la levée de sanctions internationales.

Mais en 2018 le président Donald Trump a décidé le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord et le rétablissement de sanctions. Depuis, l’Iran s’est progressivement affranchi d’engagements figurant dans l’accord.

L’UE tente de dépasser les sanctions américaines avec un plan de soutien à l’Iran

La Commission européenne a approuvé le versement d’une aide de 18 millions d’euros à l’Iran. Un signal fort à la fois pour Téhéran et pour Washington : Bruxelles ne renonce pas à l’accord nucléaire, malgré les sanctions américaines.

 

Les trois responsables européens ont par ailleurs évoqué dans leur communiqué les tensions croissantes consécutives à la frappe aérienne américaine qui a tué vendredi à Bagdad le général iranien Qassem Soleimani et un important responsable irakien pro-iranien, Abou Mehdi al-Mouhandis.

Ils appellent dans ce contexte l’Iran, qui a promis des représailles, à s’abstenir de mener « de nouvelles actions violentes ou d’apporter son soutien à de telles actions ».

« Il est à présent crucial d’opérer une désescalade. Nous appelons tous les acteurs à montrer le maximum de retenue et de responsabilité », déclarent Mme Merkel et MM. Macron et Johnson.

Leur communiqué commun a été publié quelques heures après qu’ils se sont entretenus au téléphone.

Plus tôt dimanche, un porte-parole du gouvernement allemand a déclaré que les trois dirigeants s’étaient mis d’accord pour coopérer à une réduction des tensions dans la région.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER