Biélorussie : le président du Parlement européen critiqué pour « manque de soutien » à la démocratie

Andrzej Halicki s'exprime lors de la session plénière du Parlement européen en novembre 2020 [European Parliament Multimedia Centre]

Andrzej Halicki, un député européen polonais du Parti populaire européen de centre-droit, réunit mercredi (10 février) des collègues pour réviser la décision de David Sassoli, président du Parlement européen, de refuser la création d’un bureau de représentation de l’opposition biélorusse.

L’assemblée de l’UE a décerné son prix Sakharov annuel pour les droits de l’homme en octobre dernier au mouvement d’opposition démocratique en Biélorussie dirigé par l’exilée Svetlana Tikhanovskaya, qui s’est opposée à l’homme fort Alexandre Loukachenko. La cérémonie de remise du prix a eu lieu à Bruxelles le 15 décembre.

L’idée d’ouvrir un bureau de représentation pour l’opposition biélorusse est venue de Pavel Latushka, le chef de la gestion nationale anti-crise en Biélorussie (NAM), représentant l’opposition du pays, qui a fait cette suggestion dans une lettre à David Sassoli en novembre.

Le NAM a été créé fin octobre 2020 dans le but de gérer un transfert pacifique du pouvoir en Biélorussie, y compris l’organisation de nouvelles élections. Le NAM déclare qu’il perdra ses pouvoirs lorsqu’un « nouveau président de la Biélorussie sera inauguré« .

Dans une lettre datée du 27 janvier, le président du Parlement européen a répondu à la demande du dépité polonais en disant que « le soutien à la démocratie que le PE peut offrir a ses limites » et qu' »il n’est pas du domaine institutionnel de soutenir l’opposition politique d’un pays en créant pour lui un bureau de représentation au sein du PE« .

En Biélorussie, l’opposition change de méthode de protestation

Afin d’échapper à la répression exercée par les autorités durant les manifestations qui se déroulent au centre de Minsk, les opposants ont organisé des rassemblements dans tous les quartiers contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko, en difficulté croissante. Un article d’Euractiv Italie.

S’adressant à EURACTIV, Andrzej Halicki a déclaré que cette réponse n’était « pas la fin de l’histoire, mais le début« , et a juré de renverser cette décision. Il a insisté sur le fait que les dirigeants S&D étaient responsables de la réticence de l’assemblée à soutenir la démocratie, tant en Biélorussie qu’en Russie.

« Nous ne réussirons pas à soutenir efficacement ceux qui luttent pour la démocratie et la liberté à l’Est, non seulement les Biélorusses mais aussi les Russes, avec des gauchistes à la présidence« , a déclaré l’eurodéputé polonais.

Il fait référence à Josep Borrell, le socialiste espagnol qui occupe le poste d’Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères, et à l’Italien David Sassoli, un homme politique du Parti démocrate, actuellement président du Parlement européen, mais aussi à son compatriote Robert Biedron, député européen, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec la Biélorussie.

Andrzej Halicki a reproché à son collègue l' »activité limitée » de la délégation du Parlement et le manque de suivi après l’adoption en septembre d’une résolution du Parlement européen sur la Biélorussie, qui demandait entre autres la mise en place d’une mission de haut niveau de l’UE pour servir de médiateur avec les autorités du pays dans le but d’organiser de nouvelles élections libres et équitables.

« 500 députés ont voté en faveur de cette résolution, mais il n’y a pas de mission de haut niveau« , a-t-il déclaré, regrettant que l’initiative ait été remplacée par une mission du Parlement européen dirigée par Ronert Biedron, dans le but de préparer un rapport sur la situation en Biélorussie. Le rapport est prêt début janvier, mais n’a pas encore été présenté à David Sassoli.

« Qu’est-ce qu’ils attendent ?« , s’est exclamé l’eurodéputé polonais.

Interrogé par EURACTIV sur son analyse politique de la situation, il a déclaré : « L’information non officielle que j’ai obtenue est que cela se passe sur les conseils de Borrell« .

« À cause des dirigeants S&D, nous, Européens, ne réussirons pas à nous battre pour la démocratie dans d’autres pays« , a ajouté Andrzej Halicki, qui a qualifié la récente visite à Moscou du plus haut diplomate de l’UE de « honte pour l’Europe« .

UE-Russie: Moscou "refuse le dialogue", l'UE doit en "tirer les conséquences" (Borrell)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell s’est déclaré très inquiet du refus des autorités russes d’engager un dialogue « plus constructif » avec l’UE et a appelé les dirigeants européens à « en tirer les conséquences ».

De plus, il a précisé qu’il était clair qu’Alexandre Loukachenko n’était pas le président légitime du Biélorusse, et que l’opposition représentée par Tikhanovskaya et Latushka avait le soutien de la majorité des Bélarussiens.

« Je vais organiser un débat, obtenir des signatures pour réviser la décision. M. Sassoli a peut-être d’autres opinions, mais pour moi, c’est de la mauvaise volonté« , a déclaré M. Halicki.

[édité par Mathieu Pollet]

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer