Borrell arrive en Ukraine pour une visite de soutien face à Moscou

"Face au renforcement militaire de la Russie, je suis ici pour montrer le soutien de l'UE à la souveraineté de l'Ukraine et à son intégrité territoriale", a déclaré Josep Borrell au début de son voyage. [KENZO TRIBOUILLARD/epa]

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell est arrivé mardi (4 janvier) en Ukraine pour une visite destinée à afficher le soutien de l’UE aux autorités de Kiev, en plein pic de tension avec la Russie.

Depuis plusieurs semaines, Moscou est accusé d’avoir massé des troupes à la frontière orientale de l’Ukraine en vue d’une potentielle offensive. La Russie a démenti toute velléité belliqueuse et dénoncé les « provocations » de l’Otan.

« Face au renforcement militaire de la Russie, je suis ici pour montrer le soutien de l’UE à la souveraineté de l’Ukraine et à son intégrité territoriale », a indiqué Josep Borrell sur Twitter.

M. Borrell, accompagné du ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, se rendra d’abord dans l’est du pays, sur la ligne de contact avec les séparatistes prorusses, avec lesquels Kiev est en guerre depuis 2014.

Ce conflit, qui a éclaté après l’annexion de la Crimée par la Russie, a fait plus de 13000 morts.

Josep Borrell ira ensuite à Kiev pour rencontrer d’autres responsables ukrainiens. Ce voyage « souligne le soutien ferme de l’UE à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine à un moment où le pays est confronté au renforcement militaire et aux actions hybrides de la Russie », a indiqué la Commission européenne lundi (3 janvier).

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a également affirmé dans un communiqué que la visite « vise à confirmer le soutien de l’UE sur fond d’actions agressives de la Russie ». M. Borrell évoquera avec son homologue ukrainien les moyens de « dissuader la Russie d’une nouvelle agression, y compris par le biais de sanctions économiques », selon Kiev.

Il s’agit de la première visite d’un chef de la diplomatie européenne sur la ligne de front depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine.

Les efforts diplomatiques en vue de désamorcer la crise ukrainienne se sont intensifiés ces dernières semaines, avec notamment un entretien entre les présidents russe Vladimir Poutine et américain Joe Biden, fin décembre.

Des pourparlers entre la Russie et les États-Unis au sujet de l’Ukraine doivent avoir lieu les 9 et 10 janvier à Genève (Suisse), suivis le 12 janvier d’une rencontre Russie-Otan, puis le 13 janvier d’une réunion dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

L’UE s’inquiète d’être mise sur la touche dans ces pourparlers, et Josep Borrell a insisté plusieurs fois pour que « toute discussion sur la sécurité de l’Europe se tienne en coordination et avec la participation de l’UE ».

En 2022, les élargissements de l’UE pourraient piétiner

L’élargissement est au point mort et les gouvernements des États membres de l’UE peinent à se mettre d’accord sur une stratégie commune pour l’adhésion des six candidats officiels.

Subscribe to our newsletters

Subscribe