David Cameron aura torpillé le sommet sur la défense

david_cameron.jpg

Pour la première fois en cinq ans, un sommet européen est dédié à la politique de défense européenne. Le résultat est loin d’être ambitieux et les dirigeants européens souhaitent aborder de nouveau le sujet l'année prochaine.

Comme l'avaient annoncé de nombreux spécialistes, la réunion des dirigeants européens au sommet le 19 décembre à Bruxelles n'a pas été « la nuit historique » de la défense européenne.

Les États membres devraient améliorer leurs capacités militaires et les « mettre à disposition de l'UE », selon les dirigeants.

Le premier ministre britannique a rappelé clairement au tout début de la réunion qu'il n'approuvera jamais un projet qui ressemble de près ou de loin à une armée européenne. Devant le Conseil, il a déclaré :

« Ce n'est pas normal que l'Union européenne dispose de capacités militaires, des armées, des forces aériennes et tutti quanti. Et nous devons garder la différence entre le principe de coopération, une bonne chose, et des capacités militaires européennes, une mauvaise chose. Je suis convaincu que nous allons continuer [à maintenir cette distinction]. Nous réalisons des progrès importants et je suis impatient de participer au débat [sur le sujet] »

David Cameron avait insisté pour que la suprématie de l'OTAN ne soit pas remise en question : « Toute action de l'UE doit venir appuyer [les actions entreprises par l'OTAN] et non les dupliquer ».

En fin de compte, les dirigeants européens appellent dans leurs conclusions finales à une coopération renforcée et à une consolidation des capacités militaires de chaque État membre. Les gouvernements devront également concentrer leurs efforts sur le regroupement des investissements dans l'industrie militaire, qui a connu de sérieuses coupes budgétaires durant la dernière décennie.

Les inquiétudes britanniques sont infondées selon François Hollande

Cependant, le président français, François Hollande, a déclaré à la presse dans la nuit du 19 décembre que premier ministre britannique avait mal interprété le projet en question. François Hollande estime que son homologue britannique avait tort de s’inquiéter de ce sujet.

« Personne n'envisageait que ce serait à l'UE de fonder une armée, ce n'était pas le but. Il s'agit d'une peur infondée, car rien ne laissait entendre ça. La France dispose de sa propre armée qui est souveraine […] Par exemple, au sujet des drones, il nous revient de développer [cette technologie] afin que toutes nos armées puissent en profiter. »

François Hollande a affirmé qu'il n'a jamais été dans son intention de créer une force de défense européenne. La récente coopération entre la France et le Royaume-Uni allait d’ailleurs à l’encontre d’une force centralisée.

Renforcer l’OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a soutenu les deux approches ; il a assisté au sommet à la demande du premier ministre britannique.

Anders Fogh Rasmussen a assuré devant la presse britannique que « l’objectif n'était pas d'établir une armée européenne, mais de renforcer la défense de l'Union et de ses États membres. Ce qui renforcerait l'OTAN et l'UE ».

Mais en accord avec les propos du président français, il a invité les États membres de l'UE à investir et à acquérir de nouvelles capacités militaires selon leurs besoins. Il met en exergue trois domaines : le ravitaillement en vol, les drones et les transports lourds.

« Nous devons réinvestir dans notre système de défense, autrement nous risquons de voir les États-Unis se désengager et s'éloigner de l'Europe. Ce qui ne serait ni bon pour l'Europe, ni pour le monde, » a indiqué Anders Fogh Rasmussen.

Il a ajouté qu'il avait des vues sur le poste du Président du Conseil européen, actuellement occupé par Herman Van Rompuy jusqu'à l'année prochaine.

Arnaud Danjean, président de la sous-commission « sécurité et défense » du Parlement européen (France, Parti populaire européen) a publié sur Twitter :  

«  La relance de l'Europe de la Défense, l'une des (rares) promesses en politique extérieure du candidat Hollande. Torpillée ce soir par Cameron. »

La France et le Royaume-Uni ont lancé la politique européenne de sécurité et de défense en signant la Déclaration de Saint-Malo il y a plus de dix ans.

La Commission européenne a tenté de relancer la coopération en 2007 avec une communication sur la promotion d'une industrie européenne de la défense plus concurrentielle.

L'exécutif européen a créé une Task Force sur les industries de la défense et des marchés. Il a souligné que plus de 1 350 petites et moyennes entreprises (PME) sont présentes dans ce secteur. Il a renouvelé sa tentative en juillet 2013 avec une communication de suivi sur la politique industrielle et la défense.

>> Lire : Michel Barnier veut que les Européens produisent leurs propres drones

  • 20 Dec.: Day 2 of EU Council summit

Subscribe to our newsletters

Subscribe