Des proches de Vladimir Poutine commencent à critiquer l’évolution de la guerre en Ukraine

« J’accuse directement Sergueï Shoigu, au minimum, de négligence criminelle », a déclaré Igor Girkin dans une interview vidéo publiée sur sa chaîne Telegram le vendredi (13 mai), au 79e jour de l’invasion de l’Ukraine par Moscou. « Je n’ai aucun motif pour l’accuser de trahison, mais je l'en soupçonnerais ». [EPA/EFE/PHOTOMIG]

Au cours des derniers jours, de fidèles propagandistes de Vladimir Poutine, ainsi qu’un ancien commandant des forces pro-russes dans l’est de l’Ukraine, ont ouvertement critiqué la campagne militaire balbutiante de Moscou en Ukraine, indiquant ainsi que le soutien interne présumé à toute épreuve du président russe pourrait être en train de s’éroder.

Un ancien commandant séparatiste a accusé le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, de « négligence criminelle », laissant entendre que ce mauvais commandement équivalait à une trahison d’État.

« J’accuse directement Sergueï Shoigu, au minimum, de négligence criminelle », a déclaré Igor Girkin dans une interview vidéo publiée sur sa chaîne Telegram le vendredi (13 mai), au 79e jour de l’invasion de l’Ukraine par Moscou. « Je n’ai aucun motif pour l’accuser de trahison, mais je l’en soupçonnerais ».

M. Girkin, qui porte également le pseudonyme de Strelkov (« tireur » en russe), a été accusé de meurtre par les procureurs néerlandais en raison de son rôle présumé dans l’abattage du vol MH17 de Malaysian Airlines au-dessus de l’Ukraine en 2014.

Ces dernières semaines, il est devenu ouvertement critique quant à la façon dont la Russie mène sa guerre en Ukraine, affirmant que sans une nouvelle stratégie et davantage d’effectifs, la Russie pourrait perdre.

Le Kremlin n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur la déclaration de M. Girkin, l’une des attaques publiques les plus importantes à ce jour contre le commandement militaire russe de la part d’un éminent partisan de l’intensification de la campagne en Ukraine.

Malgré les revers répétés de la Russie et ses lourdes pertes en hommes et en matériel au cours de l’invasion, M. Poutine n’a montré aucun signe de prise de distance avec M. Shoigu. Le ministre a joué un rôle très remarqué lors des commémorations organisées lundi (9 mai) sur la Place Rouge pour marquer le 77e anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cyberguerre : les capacités de la Russie ont été surestimées selon le vice-Premier ministre ukrainien

Les capacités informatiques de la Russie ont été largement surestimées, selon Mykhailo Fedorov, vice-Premier ministre et ministre de la Transition numérique de l’Ukraine, qui a ouvert le 2022 Paris Cyber Summit mercredi (11 mai).

Par ailleurs, les médias d’État russes et les principaux propagandistes de la guerre en Ukraine ont également commencé à critiquer ouvertement l’état de l’armée russe et le manque de progrès dans la guerre.

Vladimir Solovyov, l’un des plus célèbres propagandistes de M. Poutine, contre lequel les États-Unis, l’Union européenne, le Canada et la Grande-Bretagne ont imposé des sanctions personnelles, n’a pas pu cacher sa frustration à la télévision nationale face à ce qu’il a qualifié de délais « honteux » pour que les livraisons d’armes parviennent à l’armée russe en Ukraine.

M. Solovyov est l’animateur de l’émission Dimanche soir avec Vladimir Solovyev sur la télévision d’État Russia-1.

La presse italienne a rapporté le 6 avril que la villa de M. Solovyev en Italie, au bord du lac de Côme, a pris feu et a été endommagée dans ce qui semble être un incendie intentionnel. Le 25 avril, M. Poutine a accusé l’Occident de tenter de tuer des journalistes russes, sans toutefois nommer M. Solovyov.

Ce dernier s’est dit choqué que l’armée russe ait perdu son navire amiral, le Moskva, et a exigé que les responsables soient punis. Il s’est indigné du fait que les troupes russes ne disposaient pas de drones, car ceux-ci étaient produits en très petite quantité et ne parvenaient pas à atteindre le front.

Le mythe de la force de l’armée russe a été fortement ébranlé par le naufrage du Moskva par les forces ukrainiennes.

« Tentez d’apporter quelque chose au Donbass », a déploré M. Solovyov, en référence à une région de l’est de l’Ukraine contrôlée par les séparatistes pro-russes.

« Il est plus facile de transporter quelque chose en passant par les douanes ukrainiennes à Lviv. Ils autorisent le passage de toutes sortes d’armes. Mais c’est presque impossible d’apporter quelque chose à nos hommes. Nous nous sommes plaints des centaines de fois ! », a-t-il déclaré.

Les invités des émissions de télévision de propagande se sont plaints que les soldats russes étaient envoyés au combat avec des « armes désespérément obsolètes » et que l’économie russe ne pouvait pas faire face à ce qui est qualifié d’« opération militaire spéciale » en Ukraine.

Un ancien mercenaire du Kremlin, Marat Gabidullin, a déclaré cette semaine à Reuters que les troupes russes étaient mal préparées à la guerre en Ukraine.

Mikhail Khodaryonok, un colonel russe retraité, a déclaré aux téléspectateurs que même une mobilisation générale ne ferait pas pencher la balance en faveur de Moscou, car il n’y a pas assez de matériel et de personnel pour de nouvelles unités.

« Nous n’avons pas de réserves », a-t-il déclaré.

Alexander Sladkov, correspondant militaire de la télévision d’État russe, s’est également prononcé contre la tactique de la Russie. Selon lui, les commandants sont « honteusement indécis » et incapables de repousser les forces ukrainiennes car « ils se battent à un contre un, sans supériorité numérique ».

Le changement de ton dans les médias d’État est remarquable, étant donné que jusqu’à récemment, ils vantaient la puissance des forces armées russes, louaient le leadership de M. Poutine et prédisaient une défaite complète de l’Ukraine en très peu de temps.

Après avoir échoué à prendre la capitale Kiev dans la première phase de la guerre, les forces russes se sont recentrées sur la région orientale du Donbass et la ville de Marioupol au sud.

C’est la situation dans le Donbass qui a provoqué la colère de M. Sladkov, devenue virale sur les médias sociaux, alors qu’il dénonçait la situation militaire dans le district de Leninsky dans le Donetsk, d’où il était en reportage.

« Nous ne pouvons pas pousser les forces ukrainiennes hors de la ville. Nous ne pouvons pas les pousser parce que […] Je ne sais pas. Nous ne devrions pas critiquer, mais nous attaquons leurs villages et leurs bastions avec un rapport de un pour un. Nous fournissons des efforts extraordinaires pour quelque chose qui devrait être une routine. Que Dieu nous préserve s’ils reçoivent des troupes supplémentaires… Je comprends que c’est difficile d’en parler, mais il faut qu’un idiot se dévoue pour le dire. Et même si cet idiot, aujourd’hui, c’est moi ! » a déclaré M. Sladkov.

Ukraine : la Russie utilise une « usine de trolls » pour diffuser sa propagande

Des chercheurs se sont penchés sur les nouvelles tactiques d’une « usine à trolls » à Saint-Pétersbourg dans la campagne de désinformation à grande échelle opérée par le Kremlin pour justifier la guerre en Ukraine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe