Douma : Macron et Trump pour une réaction ferme de la communauté internationale

Le chef de l’État français et le président américain, « ont fait le point sur les développements intervenus depuis les attaques chimiques du 7 avril contre la population de Douma dans la Ghouta orientale, et sur les débats en cours au Conseil de sécurité des Nations unies ».

Emmanuel Macron et Donald Trump ont réaffirmé lors d’un entretien téléphonique lundi soir leur souhait d’« une réaction ferme de la communauté internationale » après l’attaque chimique présumée perpétrée à Douma, en Syrie, rapporte l’Élysée.

Le chef de l’État français et le président américain, « ont fait le point sur les développements intervenus depuis les attaques chimiques du 7 avril contre la population de Douma dans la Ghouta orientale, et sur les débats en cours au Conseil de sécurité des Nations unies », peut-on lire dans un communiqué.

« Ils ont réaffirmé leur souhait d’une réaction ferme de la communauté internationale face à ces nouvelles atteintes à l’interdiction des armes chimiques », ajoute la présidence française. « Les deux présidents sont convenus de rester étroitement en contact. »

Investir dans les initiatives locales en Syrie pour construire la paix

La conférence internationale sur l’avenir de la Syrie qui se déroule les 4 et 5 avril à Bruxelles devrait miser sur les solutions locales qui ont pris forme pendant les années de conflit.

À Washington, Donald Trump a annoncé au même moment qu’il prendrait une décision « ce soir (lundi) ou peu après » sur la nature de la réponse militaire « énergique » que les États-Unis entendent apporter à l’attaque de Douma.

Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a rappelé mardi matin que la France pourrait intervenir si la « ligne rouge » était franchie.

« Si les responsabilités sont établies, vous le savez, le président de la République l’a rappelé à maintes reprises, si la ligne rouge a été franchie, elle donnera lieu à une riposte », a-t-il déclaré sur Europe 1.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.