En Roumanie, les discussions pour un nouveau gouvernement ne se déroulent pas sans heurts

Les dirigeants du parti PNL de centre-droite, dont le nouveau Premier ministre Nicolae Ciuca, ont rencontré des représentants du parti socialiste PSD dimanche 24 octobre, mais les deux partis ne sont pas parvenus à un accord. [ROBERT GHEMENT/EPA]

Le Premier ministre désigné Nicolae Ciuca tente de trouver un soutien pour son cabinet, mais l’opposition n’est pas si enthousiaste à l’idée de le soutenir, malgré une offre de trêve.

Les dirigeants du parti PNL de centre-droite, dont M. Ciuca, ont rencontré des représentants du parti socialiste PSD dimanche 24 octobre, mais les deux partis ne sont pas parvenus à un accord, selon des sources citées par HotNews, un partenaire média d’EURACTIV.

Le PNL cherche à former un gouvernement minoritaire, mais avec le soutien du PSD qui compte le plus grand nombre de membres au parlement roumain. Le PNL a obtenu le poste de premier ministre, malgré sa deuxième place aux élections générales de décembre 2020, en raison de sa relation privilégiée avec le président Klaus Iohannis.

Ce dernier s’est porté garant il y a près d’un an d’une coalition formée par le PNL avec le parti centriste USR et le parti de la minorité ethnique hongroise UDMR. Toutefois, la coalition s’est effondrée au début du mois de septembre après que l’USR se soit brouillé avec le premier ministre Florin Citu.

L’USR a déclaré vouloir continuer dans la même coalition mais avec un autre premier ministre, cependant le PNL ne voulait pas abandonner son président et le gouvernement a été démis par une motion de censure déposée par le PSD, également soutenue par l’USR et le parti d’extrême droite AUR.

M. Iohannis propose alors Dacian Ciolos comme premier ministre, mais le président de l’USR ne peut obtenir le soutien du Parlement, et M. Iohannis désigne alors Nicolae Ciuca, le ministre de la défense, pour former le gouvernement.

M. Ciuca, un ancien général de l’armée, est très respecté dans la politique roumaine et M. Iohannis espère qu’il obtiendra le soutien du PSD même si l’USR rejette le plan.

Marcel Ciolacu, le chef du PSD, a déclaré samedi (23 octobre) que les socialistes pourraient offrir une « trêve politique » afin que la situation actuelle de pandémie et la crise des prix de l’énergie puissent être surmontées.

M. Ciolacu a déclaré à M. Ciuca que le PSD pourrait soutenir le gouvernement PNL-UDMR si le plan de gouvernement inclut dix mesures proposées par les socialistes dans le contexte actuel, mais ce soutien serait limité dans le temps.

Cependant, les deux partis ne sont pas tous satisfaits de l’alliance proposée, les dirigeants du PNL ayant déclaré à plusieurs reprises qu’ils ne coopéreraient pas avec le PSD, tandis que les socialistes estiment qu’ils pourraient obtenir de meilleurs résultats en faisant pression pour des élections anticipées ou, au moins, obtenir un certain rôle dans le gouvernement s’ils devaient le soutenir.

Dimanche (24 octobre), les dirigeants ont donc fait marche arrière dans l’espoir d’apaiser les différends internes, tandis que Nicolae Ciuca a déclaré qu’il discuterait également avec l’USR ce lundi 25 octobre.

Un général de l'armée va former le nouveau gouvernement de la Roumanie

Le président Klaus Iohannis a désigné le ministre de la défense par intérim Nicolae Ciuca pour former le nouveau gouvernement, Dacian Cioloș n’ayant pas obtenu le vote de confiance du Parlement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe