Vienne. Les négociations pour une coalition sociale-libérale sont en cours

À Vienne, les sociaux-démocrates (SPÖ) sont parvenus à une décision : les négociations de coalition ont commencé mardi (27 octobre) avec les libéraux (NEOS). L’amorce des discussions sonne le glas de l’ère « rouge-verte ». EPA-EFE/FLORIAN WIESER [EPA-EFE/FLORIAN WIESER]

À Vienne, les sociaux-démocrates (SPÖ) sont parvenus à une décision : les négociations de coalition ont commencé mardi (27 octobre) avec les libéraux (NEOS). L’amorce des discussions sonne ainsi le glas de l’ère « rouge-verte ». Un article d’Euractiv Allemagne.

Lors d’une conférence de presse à la suite de la réunion du SPÖ, l’ancien et nouveau maire de Vienne, Michael Ludwig, a annoncé que la ville accueillerait une nouvelle coalition à sa tête, « la première coalition sociale-libérale ». À cette occasion, il a également indiqué qu’il se réjouissait de suivre de nouveaux chemins grâce à cette nouvelle entente sous le signe du progrès.

Déjà représenté dans le gouvernement provincial de Salzbourg, le NEOS participe désormais à la formation de l’autorité municipale viennoise.

Différences sur le plan de la politique économique

Par ailleurs, les deux partis présentent quelques différences qu’il conviendra d’aborder, notamment sur le plan de la politique économique. Contrairement aux sociaux-démocrates, les libéraux militent pour la libéralisation des marchés et l’assouplissement des droits de travail. Ils émettent également des doutes sur le partenariat social autrichien, autrement dit sur le rôle ancré dans la législation de la Chambre économique fédérale et des syndicats. Ces derniers constituent pourtant un pilier du SPÖ et Michael Ludwig leur accorde une importance toute particulière. En effet, il leur doit majoritairement le titre de maire qui lui a été octroyé par son parti en 2017.

La politique liée à l’éducation et la formation est aussi un thème clé du NEOS. Lors de sa compagne électorale, Christophe Wiederkehr, tête de liste du NEOS viennois et très probablement prochain adjoint au maire, exigeait que davantage de fonds publics soient versés dans les écoles. Avant les élections, il soulignait déjà vouloir devenir conseiller municipal pour l’éducation – un portefeuille auparavant réservé aux sociaux-démocrates.

Autre sujet essentiel pour M. Wiederkehr : la transparence. « Je veux un État transparent et pas des citoyens transparents », a-t-il déclaré lors de sa première conférence de presse après la décision du SPÖ mardi. D’après lui, l’éducation et la formation devraient être la priorité phare dans l’éventuel accord de coalition.

Négociations jusqu’à mi-novembre

Aucun des deux hommes ne préjuge de l’issue des négociations. « De nombreux points communs » ont toutefois été découverts au fil des discussions exploratoires des dernières semaines, a révélé le principal candidat du NEOS. « Je suis certain que les pourparlers seront fructueux », a-t-il renchéri.

Les négociations devraient être conclues d’ici à la mi-novembre.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer