Les dirigeants européens prolongent les sanctions contre Moscou

Donald Tusk [European Council]

Les dirigeants européens se sont accordés à prolonger de six mois les sanctions contre Moscou à cause de son incapacité à mettre en œuvre un accord de paix pour l’Ukraine, a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk, dans un tweet le 22 juin.

Les sanctions européennes contre Moscou, introduites pour la première fois en 2014, limitent l’accès du secteur bancaire russe aux marchés financiers internationaux et interdit la plupart du commerce des armes avec la Russie ainsi que la vente de matériel et de technologies liés à l’énergie.

« Cela doit encore être officiellement approuvé, mais la décision politique a été prise. Aucun État membre n’a semblé s’y opposer aujourd’hui, alors elle suivra son cours », a déclaré un diplomate européen.

Une avancée «historique» sur la défense européenne

La mise en place d’une coopération permanente en matière de défense représente un pas en avant inédit. Emmanuel Macron, qui assistait à son premier sommet européen, a souligné le rôle de Jean-Claude Juncker en tant qu’architecte du projet.

Le 22 juin, au premier jour du sommet, Donald Tusk a rencontré le président ukrainien Petro Porochenko à Bruxelles. Ils ont discuté de la situation en Ukraine et des violations de l’accord de paix de Minsk, qui a été conclu en 2015 pour mettre un terme aux affrontements dans l’est de l’Ukraine.

L’Italie, la Grèce et la Hongrie font partie des pays européens qui adoptent une position plus souple vis-à-vis de la Russie. Ils critiquent les sanctions, affirmant qu’elles sont inefficaces et néfastes pour les entreprises européennes. La Pologne, la Suède et les pays baltes veulent quant à eux que l’UE soit plus ferme face à Moscou.

Merkel veut un sommet sur l’Ukraine pour relancer les efforts de paix

La chancelière allemande Angela Merkel veut relancer le processus de paix à l’est de l’Ukraine grâce à un sommet avec les présidents français, ukrainien et russe. Un article de notre partenaire le Tagesspiegel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.