Bruxelles s’inquiète des effets du décret anti-musulman de Trump

Le commissaire européen en charge de l’immigration, Dimitris Avramapoulos, devrait téléphoner au ministre américain de la sécurité intérieure, John Kelly, pour évaluer l’impact de l’interdiction de voyage sur les citoyens européens. [European Commission]

Le commissaire européen à l’immigration va appeler Washington pour évaluer les conséquences du décret interdisant l’accès au territoire américain aux citoyens de sept pays musulmans sur les citoyens de l’UE ayant la double-nationalité. 

Des sources européennes ont déclaré à EURACTIV que Dimitris Avramapoulos prévoyait d’appeler le secrétaire américain à la sécurité intérieure, John Kelly, le 30 janvier.

L’interdiction de se rendre aux États-Unis concerne les citoyens de sept grands pays musulmans, l’Iraq, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen. Une décision qui a suscité de la confusion et des réactions variées au sein de l’UE.

>> Lire : Premier test pour Trump après sa fermeture sélective des frontières

« Nous avons des avis contraires », a reconnu le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas. Selon lui, les avocats de la Commission doivent évaluer comment le décret présidentiel, adopté vendredi, allait affecter les citoyens européens ayant la double nationalité de l’un de ces pays.

Dimitris Avramapoulos prévoit de demander des clarifications à John Kelly, ancien général et désormais membre de l’administration Trump. Des sources européennes ont déclaré que les États membres avaient réagi différemment à l’interdiction.

L’ambassade américaine en Allemagne a conseillé aux citoyens à double nationalité de ne pas se rendre aux États-Unis. L’interdiction a provoqué l’ire des dirigeants français et britanniques notamment, et des pays musulmans comme l’Arabie saoudite.

« C’est l’UE, et dans d’UE nous ne faisons pas de discrimination en fonction de la nationalité, de la race ou de la religion, et pas seulement dans le cadre de notre politique d’asile, mais de toutes les autres politiques », a déclaré Margaritis Schinas.

Le sujet devrait être abordé durant le sommet des dirigeants européens à La Valette le 3 février.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.