Face à Moscou, l’UE doit s’unir pour « riposter, contraindre et dialoguer »

« Si les États membres approuvent ces recommandations, ils devront les faire respecter et ne pas laisser la Russie nous diviser », a souligné Josep Borrell. [EPA-EFE/MIKHAEL KLIMENTYEV]

Face à Moscou, l’Union européenne doit s’unir pour être capable à la fois de « riposter, contraindre et dialoguer », a affirmé mercredi (16 juin) le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell au moment où les présidents russe et américain se rencontrent à Genève.

Les relations de l’UE avec le gouvernement russe sont à « leur plus bas niveau », a-t-il constaté, en présentant son rapport sur une nouvelle approche des relations avec la Russie demandé par les dirigeants de l’UE pour leur sommet des 24-25 juin.

« Ces trois verbes représentent les lignes directrices de notre action », a souligné Josep Borrell. « Ce sont trois instruments d’un orchestre et il faut les jouer en même temps », a-t-il ajouté.

« J’espère que ces recommandations seront approuvées à l’unanimité. Il faudra ensuite les étoffer, les rendre concrètes », a-t-il expliqué.

« Si les États membres approuvent ces recommandations, ils devront les faire respecter et ne pas laisser la Russie nous diviser », a-t-il souligné.

« La Russie ne veut pas discuter avec l’Union européenne. Elle préfère parler directement avec certains de ses membres, ceux qui ont une certaine importance à ses yeux. L’UE doit faire preuve d’unité pour contraindre la Russie à discuter avec l’UE », a-t-il ajouté.

« Malheureusement, l’UE ne parvient pas toujours à trouver l’unité. Chaque État a ses intérêts et la tentation de certains est de faire cavalier seul », avait-il déploré dans un entretien avec l’AFP fin mai à Lisbonne.

Les Européens ont des leviers contre la Russie, a-t-il fait valoir mercredi. « 75% des investissements directs réalisés en Russie viennent d’entreprises européennes », a-t-il souligné. Les investissements européens ont représenté 311,4 milliards d’euros en 2019, selon les chiffres de la Commission.

« La Russie dépend par ailleurs de ses exportations de gaz et de pétrole, qui représentent 40% de son budget, et l’UE est un grand importateur », a-t-il ajouté. Ces achats à la Russie représentent 40% des importations de gaz et 26% des importations de pétrole de l’UE et représentent 25% du PIB de la Russie, selon la Commission.

Le gazoduc Nord Stream 2 entre l’Allemagne et la Russie est une des pommes de discorde au sein de l’UE.

Joe Biden lève les sanctions liées à Nord Stream 2 pour renouer les liens avec Berlin

L’administration Biden a décidé de lever les sanctions contre la société qui exploite le gazoduc russe Nord Stream 2, destiné à transporter du gaz vers l’Europe. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire d’État Antony Blinken mercredi 19 mai. Un article d’EURACTIV Italie.

« Il ne m’appartient pas de dire ce que l’Allemagne doit faire », a déclaré Josep Borrell, mais « Nord Stream 2 n’est pas une priorité pour l’UE car il n’améliore pas la diversification des sources d’approvisionnement de l’UE », a-t-il commenté.

La stratégie proposée par Josep Borrell a été publiée au début de la rencontre de Genève entre le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine.

Joe Biden va présenter à son homologue rouge les « lignes rouges » adoptées mardi (14 juin) par les dirigeants des pays membres de l’Otan.

Biden en Europe pour rassurer les alliés et affronter Poutine

Ukraine, Bélarus, sort de l’opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, cyberattaques : les discussions s’annoncent âpres et difficiles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe