France, Royaume-Uni et Allemagne songent à de nouvelles sanctions contre la Russie

Le crash d'un avion de ligne en Ukraine a incité les Européens à hausser le ton [Reuters][Reuters]

Les dirigeants français, britannique et allemand menacent la Russie de nouvelles sanctions à la veille d’un conseil des affaires étrangères qui se tient à Bruxelles le 22 juillet.

Le président russe a répondu aux pressions européennes par un message d’apaisement, lundi 21 juillet au matin, indiquant dans un message vidéo qu’il ferait « tout ce qui est en son pouvoir pour que le conflit passe d’une phase militaire à une phase de négociations pacifiques par des voies exclusivement diplomatiques », tout en estimant que personne ne doit et n’a le droit d’utiliser cette tragédie à des fins politiques égoïstes ».

Il réagissait notamment aux nombreuses accusations du week-end à l’égard de la Russie en provenance d’Ukraine et des Etats-Unis, après le crash du vol Malaysian Airlines en Ukraine le 17 juillet.

A propos de l’enquête sur le crash, il a jugé qu’il était désormais « indispensable que tout soit fait pour garantir la sécurité du travail des experts internationaux sur les lieux de la tragédie ».

Accès au site du crash en question

Dans un expression relativement rare de la diplomatie européenne commune, le président français, la chancelière allemande et le Premier ministre britannique David Cameron avaient demandé dimanche au président russe d’obtenir des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine un accès « libre et total » à la zone du crash du vol. 

« Ils sont convenus d’exiger aujourd’hui auprès de M. Poutine qu’il obtienne des séparatistes ukrainiens que les secours et les enquêteurs aient enfin libre et total accès à la zone de la catastrophe du vol MH-17 pour accomplir leur mission » a précisé la présidence française dans un communiqué, après que le sujet eut été abordé au téléphone entre les trois dirigeants.

Menaces à la veille du Conseil Affaires Etrangères

« Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l’Union Européenne à l’occasion du Conseil Affaires Etrangères qui se tiendra mardi », préviennent-ils.

« La Russie doit comprendre que le règlement de la crise ukrainienne est plus que jamais un impératif après cette tragédie qui a outragé le monde entier », conclut le communiqué.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se retrouvent à Bruxelles mardi 22 juillet au matin. L’ordre du jour risque, qui était chargé, risque d’être quelque peu bousculé par l’actualité. En plus de l’Ukraine, le Conseil devait évoquer la situation en Irak et au Proche-Orient. Les thèmes de la Syrie, et de la Centrafrique seront également abordés, y compris le lancement du fonds fiduciaire sur la Centrafrique.

>>Lire aussi : La Commission lance un fonds de reconstruction pour la Centrafrique

Le Conseil de sécurité de l’ONU devait adopter lundi une résolution, proposée par l’Australie, demandant « à tous les pays et protagonistes dans la région » — dont la Russie — de collaborer pleinement à « une enquête internationale complète, minutieuse et indépendante ».

 

Le Partenariat oriental sous les projecteurs

Le Conseil devrait également évoquer la question du Partenariat oriental, un processus qui se fait d’autant plus crucial que la situation géopolitique dégénère dans la région.

La crise pourrait avoir pour conséquence d’accélérer les négociations qui se poursuivent entre les ministres des affaires étrangères des six pays partenaires, à savoir l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine, et l’UE.

A priori, les discussions devaient essentiellement porter sur la voie à suivre dans la perspective du prochain sommet du partenariat oriental qui se tiendra à Riga en mai 2015.

L’exacerbation de la crise avec le crash d’un avion de ligne en Ukraine pourrait faire bouger les lignes et accélérer le processus de mise en œuvre des accords d’association. Ce qui suppose d’établir des zones de libre-échange approfondies, et d’intensifier les relations bilatérales entre l’UE et les pays concernés.

La Georgie, l’Ukraine et la Moldavie, qui ont déjà signé un accord de partenariat fin juin avec l’UE, se sont vus proposer un statut d’allié des Etats-Unis le 17 juillet. Le Sénat américain a en effet passé une loi leur permettant de devenir allié des Etats-Unis sans être membre de l’OTAN.

Lors de la réunion du Conseil européen des 26 et 27 juin qu'ont été signées les dispositions restantes de l'accord d'association/accord de libre-échange a pprofondi et complet avec l'Ukraine. Les dirigeants de l'UE ont invité instamment la Fédération de Russie à user activement de son influence auprès des groupes armés illégaux et à faire en sorte que des armes et des combattants ne puissent plus franchir la frontière, de manière à ce que des résultats tangibles soient rapidement obtenus dans la désescalade. Par ailleurs, le Conseil européen a précisé les quatre mesures d'apaisement qu'il souhaitait voir prendre, soulignant que l'UE était prête à adopter de nouvelles mesures restrictives (voir les

conclusions du Conseil européen, points 29 à 33). Une réunion trilatérale entre l'UE, l'Ukraine et la Russie s'est tenue le 11 juillet à Bruxelles afin

de se concerter sur la mise en œuvre de l'accord d'association/accord de libre-échange approfondi et complet et d'étudier les effets économiques qu'il pourrait avoir sur la Russie. Les participants ont décidé de lancer un mécanisme de consultation centré principalement sur les réglementations techniques, les normes, l'administration douanière, les procédures d'évaluation de la conformité et les mesures d'ordre sanitaire et phytosanitaire qui ressortiront de la mise en œuvre de l'accord d'association/accord de libre-échange approfondi et complet.

L'UE condamne fermement l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Fédération de Russie et refuse de la reconnaître. Dans le cadre de la politique de non-reconnaissance appliquée par l'UE, l'importation dans l'UE de marchandises originaires de Crimée ou de Sébastopol a été interdite, à moins qu'elles ne soient accompagnées d'un certificat d'origine ukrainien.

En réaction à la crise en Ukraine, plusieurs réunions au sommet auxquelles la Russie devait participer ont été annulées et les négociations sur les questions relatives aux visas et sur un nouvel accord avec la Russie ont été suspendues. L'UE a également décidé d'imposer à 72 personnes responsables d'actions qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine un gel de leurs avoirs et une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE. Deux entités confisquées en Crimée font également l'objet d'un gel des avoirs.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.