Comment Vladimir Poutine justifie l’invasion de l’Ukraine

Le Président russe Vladimir Poutine (à droite) lors d’une cérémonie de dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu dans le jardin Alexandre du Kremlin, à Moscou, le 23 février 2022, à l’occasion des célébrations nationales du Jour du défenseur de la patrie. [Kremlin pool/EPA/EFE]

L’allocution télévisée du Président russe Vladimir Poutine, mercredi 23 février, dans laquelle il a donné l’ordre aux troupes russes de lancer une offensive militaire en Ukraine, offre une nouvelle occasion de juger de son raisonnement.

Le récit de Vladimir Poutine est principalement basé sur la théorie selon laquelle le régime ukrainien est d’idéologie nazie sur la manière dont ce dernier est en train de commettre un génocide contre les ethnies russes d’Ukraine.

Faisant référence à sa précédente apparition télévisée dans laquelle il a reconnu l’indépendance des Républiques de Donetsk et de Lugansk, M. Poutine a déclaré :

« Comme je l’ai dit dans ma précédente allocution, on ne peut pas regarder ce qui se passe là-bas sans éprouver de la compassion. Il était tout simplement impossible de supporter tout cela. Il était nécessaire d’arrêter immédiatement ce cauchemar, ce génocide perpétré contre les millions de personnes vivant là-bas, qui ne peuvent compter que sur la Russie et dont les espoirs ne reposent que sur nous. Ce sont ces aspirations, ces sentiments, cette douleur des populations qui ont été pour nous le principal motif de la décision de reconnaître les Républiques populaires du Donbass ».

« Je pense qu’il est important de souligner davantage que, pour atteindre leurs propres objectifs, les principaux États membres de l’OTAN soutiennent en tout et pour tout les nationalistes extrémistes et les néonazis en Ukraine, qui, à leur tour, ne pardonneront jamais aux habitants de Crimée et de Sébastopol leur libre choix qu’est celui de la réunification avec la Russie. »

M. Poutine véhicule également l’idée selon laquelle les dirigeants ukrainiens, qu’il qualifie de « complices d’Hitler », ont l’intention de reprendre par la force la Crimée et le Donbass, et utiliseront à un moment donné des armes nucléaires. Sur ce point, il a affirmé :

« Ils vont, bien sûr, monter en Crimée, et tout comme dans le Donbass, cela se fera au moyen d’une guerre, avec le but de tuer, à l’instar des punisseurs issus des groupes de nationalistes ukrainiens, complices d’Hitler, qui ont tué des personnes sans défense pendant la Grande Guerre patriotique. Ils déclarent ouvertement qu’ils revendiquent un certain nombre d’autres territoires russes. »

« L’ensemble du déroulement des événements et l’analyse des informations reçues montrent que l’affrontement entre la Russie et ces forces est inévitable. Ce n’est qu’une question de temps : ils se préparent, ils attendent le bon moment. Maintenant, ils prétendent également posséder des armes nucléaires. Nous ne permettrons pas que cela se produise », a-t-il poursuivi.

Ensuite, le Président russe a expliqué plus précisément pourquoi il a décidé d’ordonner « une opération militaire spéciale ».

« L’objectif [de cette opération militaire] est de protéger les personnes qui ont été victimes de brutalités et d’un génocide perpétrés par le régime de Kiev pendant huit ans. Et, pour cela, nous nous efforcerons de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine, ainsi que de traduire en justice ceux qui ont commis les nombreux crimes sanglants à l’encontre de civils, y compris les citoyens de la Fédération de Russie. »

Le gouvernement américain a évoqué des renseignements indiquant que le Kremlin prépare des listes d’Ukrainiens à abattre ou à envoyer dans des camps. Ces listes comprendraient notamment des journalistes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe