Le Kazakhstan et la Biélorussie doivent conclure un accord d’approvisionnement en pétrole

L'oléoduc Droujba, en Allemagne. [Clemens Bilan/EPA/EFE]

Le Kazakhstan et doivent discuter d’un accord d’approvisionnement en pétrole d’ici au 20 janvier, a indiqué le ministre de l’énergie du Kazakhstan, Nurlan Nogayev, aux journalistes mercredi 15 janvier, sans justifier le choix de cette date.

La Biélorussie, n’ayant pas réussi à s’entendre avec son principal fournisseur de pétrole, la Russie, cette année, a envoyé des propositions à l’Ukraine, à la Pologne, au Kazakhstan, à l’Azerbaïdjan et aux pays baltes pour leur acheter du pétrole.

Les compagnies pétrolières russes, dont Rosneft Gazprom Neft, Lukoil et Surgutneftegaz, ont suspendu leurs livraisons à la Biélorussie depuis le 1er janvier, car Moscou et Minsk ne parviennent pas à s’entendre sur les clauses du contrat.

Ces dix dernières années, la Russie et son voisin biélorusse ont fait des étincelles sur le pétrole et le gaz, dans ce qui a été décrit comme une relation d’amour-haine entre les présidents Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko.

Les deux leaders ont envisagé une intégration politique des pays à plusieurs reprises, mais le dirigeant autocratique biélorusse arrivé au pouvoir en 1994 a fait marche arrière à plusieurs reprises.

Quelques années après son arrivée au pouvoir en 2000, Vladimir Poutine a demandé de couper les subventions accordées à la Biélorussie, notamment le pétrole bon marché pour ses raffineries et le gaz à bas prix.

La Biélorussie dépend largement de l’énergie russe et sert également de route de transit pour le pétrole et le gaz russes destinés à l’Europe.

Environ 10 % du pétrole européen, soit un million de barils par jour, transite par la Biélorussie via l’oléoduc Droujba. Cet oléoduc, qui a été construit pendant l’ère soviétique, approvisionne l’Allemagne, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la République tchèque.

Le 3 janvier, la compagnie russe Transneft a déclaré que depuis le début de l’année, elle n’avait reçu aucune demande de compagnies pétrolières russes pour livrer du pétrole brut à la Biélorussie. « Cependant, le transit du pétrole à travers la Biélorussie se poursuit en volume complet », indique le porte-parole de Transneft, Igor Demin.

Bruxelles espère un dégel entre la Russie et l’Ukraine

La Commission européenne a salué le 3 octobre une récente rencontre diplomatique à Minsk, laissant espérer l’organisation rapide d’un sommet international pour mettre un terme aux combats dans l’est de l’Ukraine. Dans le pays, nombreux sont ceux qui dénoncent une «capitulation».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer