Kazakhstan : l’UE « très préoccupée », affirme Josep Borrell

Le mouvement de colère dans le pays a éclaté dimanche 2 janvier après une hausse des prix du gaz, et a viré à l'émeute. La police a fait état de « dizaines » de manifestants tués et le ministère de la Santé a indiqué que plus d'un millier de personnes avaient été blessées. [EPA-EFE/STR]

L’Union européenne est « très préoccupée » par l’évolution de la situation au Kazakhstan, en proie à des émeutes sans précédent, et l’envoi d’une aide militaire extérieure rappelle « des situations à éviter », a affirmé jeudi 6 janvier le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

« Grande inquiétude quant à l’évolution de la situation au Kazakhstan. L’aide militaire extérieure rappelle des situations à éviter », a-t-il déclaré sur son compte Twitter, après l’envoi de « forces de maintien de la paix » au Kazakhstan par la Russie et ses alliés de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC).

Envoyées à la demande du président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, leur mission sera de « protéger les installations étatiques et militaires » et « d’aider les forces de l’ordre kazakhes à stabiliser la situation et rétablir l’Etat de droit ».

« Les droits et la sécurité des civils doivent être garantis », a averti Josep Borrell qui s’est entretenu à Paris avec le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian. La France assure depuis le 1er janvier la présidence semestrielle du conseil de l’UE.

« L’UE est prête à apporter son soutien pour faire face à cette crise », a assuré M. Borrell.

Longtemps vu comme le pays le plus stable d’Asie centrale, le Kazakhstan est ébranlé par un mouvement de colère qui a éclaté dimanche 2 janvier dans l’ouest du pays après une hausse des prix du gaz. Il a gagné Almaty, la capitale économique et plus grande ville du pays, où les manifestations ont viré à l’émeute contre le pouvoir actuel.

Le bilan de ces violences est lourd: la police a fait état de « dizaines » de manifestants tués et le ministère de la Santé a indiqué que plus d’un millier de personnes avaient été blessées, dont 62 grièvement. Environ 2 000 personnes ont été arrêtées à Almaty.

La Russie envoie des militaires au Kazakhstan pour réprimer un soulèvement antigouvernemental

Jeudi (6 janvier), la Russie a envoyé des unités de parachutistes au Kazakhstan pour réprimer un soulèvement populaire après que des violences meurtrières se soient propagées dans cet ancien État soviétique étroitement contrôlé.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe