L’Australie devrait rejoindre le système européen d’échange de quotas d’émission

Connie Hedegaard. Brussels, January 2012. [Shutterstock]

L’Australie a prévu d’abandonner son prix plancher pour les émissions de carbone et de s’associer directement au système européen d’échange de quotas d’émissions d’ici 2018. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui (28 août) le ministre du changement climatique, Greg Combet.

L'Australie est l'un des pays les plus pollueurs au monde et est souvent considérée comme l’un des premiers responsables du changement climatique. En juillet dernier, elle a imposé une taxe de 19,08 euros par tonne de carbone à environ 300 des ses grandes entreprises polluantes qui sont responsables de près de 60 % de ses émissions.

Le prix plancher de 12,45 euros par tonne devait soutenir ce programme lors de la transition vers un système d'échange de quotas d'émission instable en juillet 2015.

L'ajustement du prix plancher est la première modification majeure au projet australien controversé visant à fixer un prix pour le carbone suite aux inquiétudes des entreprises confrontées à des coûts plus élevés qu'en Europe.

« L'association des systèmes australien et européen confirme que les marchés du carbone sont le premier outil de lutte contre le changement climatique et le moyen le plus efficace de réduire les émissions », a expliqué M. Combet dans un communiqué commun avec la commissaire européenne à l'action pour le climat, Connie Hedegaard.

Cette initiative signifie que les entreprises australiennes pourront avoir recours à des crédits de l'UE pour remplir leurs objectifs en Australie à partir de juillet 2015, alors que les entreprises européennes devront patienter jusqu'en 2018 pour utiliser les crédits australiens.

M. Combet a affirmé que les entreprises avaient clairement indiqué qu’elles voulaient plus de flexibilité sur les prix du carbone lorsque l'Australie serait passée à un système d'échange.

« Au final, je pense qu'il s'agit de la meilleure solution en termes de politique publique », a expliqué le ministre à la presse, avant d'ajouter que l'Australie poursuivait ses négociations avec la Nouvelle-Zélande en vue d'associer son programme d'échange de quotas avec celui de ce pays.

Au sein de l'Union européenne, les crédits carbones s'échangent actuellement à environ 8,16 euros par tonne, un chiffre qui contraste fortement avec les prix australiens.

L'Australie devrait également imposer une nouvelle limite à l'utilisation de quotas de Kyoto, a ajouté M. Combet. Les entreprises pourront encore remplir jusqu'à 50 % de leurs objectifs avec des quotas internationaux, mais elles ne seront autorisées à s'acquitter de leurs obligations via les quotas de Kyoto soutenus par les Nations unies qu'à hauteur de 10 %.

La tarification des émissions de carbone s'inscrit dans une politique clé pour la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre en Australie, un pays souvent considéré comme l'un des grands responsables du réchauffement climatique. Si le pays est bien l'un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre par habitant, c'est à cause de sa dépendance aux centrales au charbon.

« L'Union européenne propose le premier système d'échange de quotas d'émission et couvre la majorité du continent européen. Nous nous réjouissons aujourd'hui à l'idée d'établir la première association intercontinentale en matière d'échange d'émissions », a déclaré Connie Hedegaard, la commissaire européenne à l'action pour le climat, dans un communiqué commun avec le ministre australien du changement climatique, Greg Combet. « Il s'agit d'un grand pas en avant à la fois pour l'Europe et l’Australie. C'est une nouvelle preuve de la coopération internationale solide qui s'opère dans la lutte contre le changement climatique et qui ouvrira une nouvelle dynamique pour un marché du carbone durable à l'échelle internationale. »

Avec un chiffre d'affaires de 90 milliards d'euros en 2010, le système européen d'échange de quotas d'émission (ETS) est le premier marché du carbone au monde. Environ 80 % des quotas sont échangés sur des marchés à terme et 20 % sur des marchés au comptant.

L'ETS a pour objectif d'encourager les sociétés à investir dans des technologies peu polluantes en leur allouant ou en leur vendant des quotas pour couvrir leurs émissions annuelles.  Les sociétés les plus performantes peuvent ensuite revendre leurs quotas non utilisés ou les économiser.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.