L’UE envoie 2 000 hommes pour protéger les réfugiés du Darfour [FR]

french_troops.jpg

Lors de leur réunion le 27 septembre 2007, les ministres européens de la Défense ont décidé d’envoyer les forces européennes au Tchad et en République centrafricaine pour participer à la protection des civils des violences qui éclatent au Darfour, le pays voisin.

La France fournira le contingent le plus important (1 500 soldats) et conduira la mission. Un responsable européen proche d’Hervé Morin, le ministre français de la Défense, a déclaré après la réunion que 2 000 à 2 500 hommes avaient été réunis (sur les 4 000 nécessaires pour que la mission soit totalement opérationnelle) et que d’autres pays étaient encore en cours de préparation. La décision des ministres fait suite à l’autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies du 25 septembre d’envoyer une force européenne.

Bien que les détails du mandat des troupes n’aient pas été donnés lors de la réunion des ministres de la Défense et que la mission nécessite encore l’approbation finale des 27 gouvernements européens, Javier Solana, le Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, a déclaré que l’opération au Tchad aurait lieu.

Ce déploiement est considéré comme un test pour la politique de sécurité extérieure de l’UE, mais les promesses d’envoi de troupes et d’équipement ont été longues à venir. D’après les diplomates ayant un rôle proche des négociations qui ont eu lieu ces deux derniers jours au Portugal, jusqu’à présent, seules l’Irlande, la Suède, la Pologne, la Belgique ainsi que la France ont mis des troupes à disposition.

L’Allemagne a déclaré qu’elle ne donnerait que son soutien politique, Vienne était disposée à envoyer des ingénieurs militaires et l’Espagne n’a promis qu’une aide logistique.

Franz Josef Jung, le ministre allemand de la Défense, estime que le Darfour est une catastrophe majeure, mais ajoute que la mission sera très risquée.

Comme pour renforcer cette déclaration, à peine deux jours plus tard, une attaque de l’Armée rebelle de libération du Soudan a tué dix soldats de l’Union africaine (UA). Selon les informations de l’ONU, il s’agissait de l’attaque la plus meurtrière depuis le début de la mission de l’UA, il y a trois ans.

Outre la mission de protection militaire, qui a été approuvée par le Conseil des ministres de la Défense, la Commission va verser une contribution de plus de 50 millions d’euros à une initiative conjointe de l’ONU et de l’UE dans l’est du Tchad et le nord est de la République centrafricaine. Cette initiative porte sur trois domaines principaux :

  • l’aide humanitaire, 
  • le soutien à l’établissement d’une mission de police, qui assistera à la protection des camps de réfugiés près de la frontière du Darfour et créera des conditions de sécurité permettant le retour des personnes déplacées, et
  • la réintégration et la réhabilitation des réfugiés.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.