L’UE lève les quotas sur les textiles chinois [FR]

mandelson1.jpg

La Commission européenne a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas les limites imposées il y a plus de deux ans sur les textiles et la confection en provenance de Chine après un afflux considérable des importations bon marché du géant asiatique qui menaçaient de causer d’importants dommages au secteur européen de la fabrication.

Comme prévu, le 9 octobre, le commissaire au Commerce Peter Mandelson a annoncé que les quotas imposés sur dix catégories de produits textiles chinois en juin 2005, devant expirer à la fin de l’année (EURACTIV 13/06/05), ne seraient pas prolongés et seraient remplacés par un système de surveillance. 

Le double système de vérification couvrira huit des dix catégories de produits et tracera à la fois la délivrance de licences d’exportations en Chine et de licences d’importations par l’UE, d’après l’exécutif européen. 

M. Mandelson a salué cette progression dans la coopération entre l’UE et la Chine en assurant la transition en douceur du libre-échange dans le secteur textile.

Malgré la disparition du système de quotas, l’accord européen avec la Chine concernant des clauses spéciales de sauvegarde, qui permet de prendre des mesures en cas d’afflux de produits portant de sérieux préjudices à l’industrie européenne, restera en vigueur jusqu’à la fin de l’année 2008. De plus, le porte-parole de M. Mandelson, Peter Power n’exclut pas d’actions futures. Ainsi, il y a aura toujours la possibilité d’activer les mesures de sauvegarde.

En revanche, dans une lettre adressée au quotidien italien Corriere della Serra, M. Mandelson estime que les quotas ont donné suffisamment de répit à l’industrie européenne pour lui permettre de s’adapter et de se restructurer. Il appelle donc les fabricants européens de textiles et de vêtements à résister à la tentation de demander de nouvelles mesures de sauvegarde et de réagir à la concurrence de la production massive chinoise en se montrant plus astucieux et plus créatifs.

Bill Lakin, directeur général d’Euratex, l’organisation européenne du textile et de l’habillement qui représente les intérêts de l’industrie européenne, a déclaré à EURACTIV que le double système de vérification était le meilleur pas en avant.

A la question de savoir si l’Europe doit s’attendre à un nouvel afflux d’importations chinoises, il répond : « j’espère que non. Et je pense que les chinois ne le souhaitent pas plus que nous. Nous envisageons un niveau de croissance limitée en 2008 ». 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.