Ibizagate : la commission autrichienne conclut son enquête sur le scandale de corruption

Heinz Christian Strache, ancien vice-chancelier autrichien et ancien dirigeant du Parti de la liberté (FPO) d'extrême droite autrichien, attend le début de la première session de l'assemblée de la commission d'enquête parlementaire sur l'Ibiza-gate au palais de la Hofburg à Vienne, en Autriche, le 4 juin 2020. [FLORIAN WIESER/EPA]

La commission chargée d’enquêter sur la corruption au sein de l’ancienne coalition ÖVP-FPÖ a conclu sa dernière session jeudi (15 juillet), avec les critiques des partis d’opposition de l’ÖVP conservateur du Premier ministre Sebastian Kurz pour diverses fautes

La chef de la faction des Verts, Nina Tomaselli, a accusé la coalition ÖVP-FPÖ de tenter « d’établir un système politique pour leurs amis fortunés et les riches donateurs du parti. »

Kai Jan Krainer, chef de faction des sociaux-démocrates, a déclaré que l’ÖVP tente actuellement de « construire un État dans l’État », et a accusé l’ÖVP d’entraver le travail de la commission d’enquête en refusant de livrer des documents cruciaux.

L’ÖVP, pour sa part, a reproché à la commission d’enquête d’être politiquement biaisée. « Ce n’était pas une commission d’enquête, mais une commission d’accusation », a affirmé Andreas Hanger, chef de faction de l’ÖVP.

Cependant, certains partis d’opposition ont également critiqué le parti des Verts pour avoir refusé de voter en faveur d’une prolongation de la période de travail de la commission d’enquête. Selon le vice-président du parti libéral NEOS, les Verts « se moquent » du travail de la commission d’enquête en ne votant pas en faveur de la prolongation.

La commission d’enquête a été créée à la suite du scandale de corruption d’Ibiza qui a secoué le paysage politique autrichien comme jamais auparavant.

Bruxelles observe le scandale autrichien avec stupéfaction

La Commission européenne a déclaré avoir suivi « avec incrédulité » la démission du vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache, qui s’est montré disposé il y a deux ans à plonger dans la corruption. Un article d’Euroefe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe