La Cour suprême slovaque annonce la tenue d’un nouveau procès dans l’affaire du meurtre d’un journaliste

Cour constitutionnelle de la République slovaque à Kosice. [Ungvari Attila/Shutterstock]

La Cour suprême slovaque a accepté l’appel du procureur en faveur d’un nouveau procès pour Marian Kočner et Alena Zsúszová, qui étaient tous deux accusés d’avoir ordonné et organisé le meurtre du journaliste Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová à l’hiver 2018.

L’affaire va maintenant retourner devant le tribunal pénal spécialisé, qui a acquitté M. Kočner et Mme Zsúzsová en septembre de l’année dernière.

« C’est certainement une satisfaction », a déclaré Jozef Kuciak, père du journaliste assassiné, selon le quotidien Sme. « Nous sommes sur la voie de la justice », a-t-il ajouté.

La Cour suprême a également confirmé la décision antérieure condamnant l’un des tueurs à gages — Tomáš Szabó — à 25 ans de prison, alors que les procureurs réclamaient une peine de prison à vie.

Selon leur version des événements du 21 février 2018, M. Szabó a servi de chauffeur aux tireurs et à l’ex-soldat Miroslav Marček, qui a été condamné à 23 ans de prison. Ils ont été engagés par l’intermédiaire de Zoltán Andruskó, qui a été embauché par Mme Zsúzsová sur la base de l’ordre de M. Kočner.

On suppose que M. Kuciak écrivait sur les activités commerciales de M. Kočner et ses liens avec les hauts responsables du Smer-SD, ancien parti au pouvoir en Slovaquie et membre de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au moment de sa mort.

Selon les procureurs, les accusés se sont introduits dans la maison de M. Kuciak après 20 heures le 21 février 2018 avec l’intention d’assassiner le journaliste. Selon les allégations, ils ne voulaient pas assassiner Mme Kušnírová, mais elle était dans la maison, alors M. Marček l’a également abattue.

Ces assassinats ont provoqué la plus grande manifestation en Slovaquie depuis la chute du rideau de fer et ont conduit à la démission du Premier ministre de l’époque, Robert Fico, de l’ancien ministre de l’Intérieur, Robert Kaliňák, et de l’ancien président de la police, Tibor Gašpar.

La police a arrêté M. Szabó, M. Marček et M. Andruskó après sept mois, en septembre 2018. Quelques jours plus tard, Mme Zsúzsová a également été arrêtée et M. Kočner était déjà en détention depuis deux mois pour des accusations dans une affaire distincte.

Après l’arrestation de Mme Zsúszová, un nouveau témoin est apparu dans l’affaire — l’ancien journaliste Peter Tóth. Selon la déclaration de M. Tóth, il a été engagé par M. Kočner pour filer plusieurs journalistes, dont M. Kuciak. Plus tard, les enquêteurs ont appris, grâce au téléphone de M. Kočner, qu’ils avaient probablement planifié d’autres meurtres, notamment ceux des procureurs Maroš Žilinka, Peter Šufliarsky et Daniel Lipšic.

Les procureurs doivent encore inculper officiellement M. Kočner dans cette affaire, tandis que Mme Zsúzsová a déjà été inculpée. L’enquête se poursuit.

Le directeur du renseignement slovaque arrêté pour corruption

En Slovaquie, la police a arrêté Vladimír Pčolinský, directeur du renseignement slovaque (SIS), en raison de soupçons de corruption, a rapporté Denník N.

Subscribe to our newsletters

Subscribe