La Croatie ouvre la voie à l’adoption par des couples de même sexe

19ème Marche des fiertés de Zagreb en septembre 2020. [fLokii/Shutterstock]

Le tribunal administratif de Zagreb a pris une décision historique dans l’affaire « Kožić et Šegota », un couple de même sexe, ouvrant la voie à l’adoption d’enfants pour tous les partenaires de longue date en Croatie, a déclaré mercredi 5 (mai) Daniel Martinović, qui dirige l’association Rainbow Families, qui regroupe des couples et des personnes LGBTIQ qui ont eu ou veulent avoir des enfants.

« Fin avril, le tribunal administratif de Zagreb a statué dans l’affaire lancée par Mladen Kožić et Ivo Šegota qu’ils ne doivent pas être discriminés dans le processus d’évaluation pour l’adoption sur le fait qu’ils ont conclu un partenariat de vie », a déclaré M. Martinović lors d’une conférence de presse à l’extérieur du tribunal. Cela, a-t-il dit, confirme que les partenaires de vie en Croatie peuvent devenir des parents adoptifs.

« La décision signifie que tous les partenaires de vie, tous les couples gays et lesbiens, peuvent demander sans crainte une évaluation pour l’adoption afin de voir s’ils sont aptes à adopter ou non », a-t-il déclaré.

Kožić et Šegota ont lancé l’affaire en 2016 parce qu’un centre d’aide sociale a rejeté leur demande de se soumettre à une évaluation en tant que possibles parents adoptifs simplement parce qu’ils étaient en partenariat de vie. En 2020, le couple a obtenu le droit de fournir un placement familial.

M. Martinović a noté que la décision n’était pas encore définitive et a exprimé le souhait que le ministère du Travail, des retraites, de la famille et de la politique sociale du pays ne fasse pas appel de cette décision, respectant ainsi l’arrêt de 2020 de la Cour constitutionnelle dans lequel la cour a conclu que tout le monde devrait être en mesure de participer à la fourniture d’un placement familial dans des conditions égales.

La Pologne dément avoir empêché Clément Beaune de visiter les zones "sans idéologie LGBT"

Varsovie a rejeté les allégations du ministre français des affaires européennes Clément Beaune selon lesquelles les autorités polonaises lui auraient refusé l’accès à Kraśnik, l’une des municipalités « sans idéologie LGBT », en invoquant la situation sanitaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe