La France et l’Allemagne vont envoyer des vaccins à la République tchèque

epa09018731 Prime Minister of the Czech Republic Andrej Babis (L) during the signing of the Anniversary Declaration and the Digital Declaration in Krakow, south Poland, 17 February 2021. A summit of the heads of governments of the Visegrad Group countries is held in Krakow with the participation of the President of the European Council on the occasion of the 30th anniversary of Visegrad Cooperation. On July 1 last year, Poland's annual presidency in the V4 began. EPA-EFE/Lukasz Gagulski POLAND OUT [EPA/Lukasz Gagulski]

Les États allemands de Bavière, de Saxe et de Thuringe enverront 15 000 doses de vaccins COVID-19 du fabricant anglo-suédois AstraZeneca en République tchèque, a confirmé le Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Entre-temps, la France a promis d’envoyer à la République tchèque 100 000 doses de Pfizer/BioNTech sous la forme d’un « prêt » qui sera remboursé ultérieurement, a ajouté le Premier ministre.

M. Babiš a demandé l’aide des pays de l’UE car la République tchèque est actuellement l’un des pays les plus durement touchés par la pandémie de coronavirus. Le pays continue d’enregistrer plus de 12 000 nouvelles infections quotidiennes par le COVID-19, les hôpitaux étant sollicités au maximum de leurs capacités.

Bien que le déploiement des vaccins soit plus lent que prévu, le gouvernement demande désespérément de l’aide pour répondre aux demandes tchèques qui dépassent les frontières de l’UE, et le pays attend la livraison des vaccins russes Spoutnik V.

Cependant, il n’est toujours pas clair si l’Institut tchèque du médicament approuverait le vaccin russe, bien que le bureau du gouvernement ait déjà demandé à l’Institut d’État pour le contrôle des médicaments une évaluation préliminaire du vaccin russe, a informé le quotidien Respekt.

Le ministère de la santé du pays ne veut cependant pas approuver le vaccin Spoutnik à moins que l’Agence médicale européenne (EMA) ne l’évalue.

Le gouvernement a également décidé de relancer le projet tchèque de développement de vaccins qui avait été arrêté l’année dernière en raison de la disponibilité attendue des vaccins déjà développés.

[édité par Mathieu Pollet]

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer