La Roumanie adopte une loi sur la 5G qui pourrait exclure Huawei

Les entreprises de télécommunications devront obtenir une « autorisation » du Conseil suprême de la défense (CSAT) du pays pour fournir des technologies, des équipements ou des logiciels aux infrastructures de télécommunications d’intérêt national et aux réseaux 5G, indique la nouvelle loi. [Ink Drop/Shutterstock]

Le parlement roumain a approuvé une loi visant à réglementer les réseaux et infrastructures de télécommunications, qui pourrait exclure le géant chinois Huawei de l’accès à ses futurs réseaux mobiles 5G.

Les entreprises de télécommunications devront obtenir une « autorisation » du Conseil suprême de la défense (CSAT) du pays pour fournir des technologies, des équipements ou des logiciels aux infrastructures de télécommunications d’intérêt national et aux réseaux 5G, indique la nouvelle loi.

Le projet de loi a été adopté par le Sénat lundi (7 juin), moins d’un mois après son adoption par la chambre basse du Parlement. Il doit maintenant être promulgué par le président Klaus Iohannis, qui est également président du Conseil de défense.

Une fois la nouvelle loi entrée en vigueur, la Roumanie pourrait lancer les enchères du spectre 5G, longtemps retardées. Le gouvernement estime qu’il pourrait tirer 500 millions d’euros de la vente des licences 5G.

L’adoption de la loi fait suite à un mémorandum signé par la Roumanie et les États-Unis en août 2019, lorsque M. Iohannis a rencontré le président américain de l’époque, Donald Trump, qui a adopté une ligne dure contre Huawei.

5G : le Conseil constitutionnel valide les dispositions « anti-Huawei »

C’est un revers pour le géant des télécommunications chinois, ainsi que pour les opérateurs français SFR et Bouygues Telecom, à l’origine de la saisie du Conseil constitutionnel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe