La Russie installe illégalement des missiles visant l’Europe

Un lance-missile russe durant une parade militaire à Moscou. [andrewpotter4/Shutterstock]

La Russie a déployé des missiles de croisière visant l’Europe occidentale, ce qui constitue une violation du traité de 1987 sur les Forces nucléaires intermédiaire, a déclaré un général américain le 8 mars.

« Nous pensons que les Russes ont déployé un missile de croisière terrestre qui viole l’esprit et l’intention du traité [sur les Forces nucléaires intermédiaire] FNI », a déclaré le général Paul Selva, un haut responsable militaire américain, devant une commission du Congrès.

Ces missiles « présentent un risque pour la plupart de nos installations en Europe. Et nous pensons que les Russes les ont délibérément déployés pour menacer l’OTAN et les installations de l’OTAN », a-t-il relevé.

La menace russe pousse la Suède à rétablir le service militaire

Face à la multiplication des exercices militaires russes dans son voisinage proche, le gouvernement suédois a officiellement décidé de rétablir la conscription.

Les États-Unis s’inquiètent depuis plusieurs années de voir la Russie développer un missile de croisière terrestre contraire au traité FNI, négocié et signé par les présidents américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbachev. Il avait entraîné la destruction d’environ 2 700 missiles d’une portée de 500 à 5 500 km.

Crise euromissiles

Ce traité avait mis fin à la crise dite des euromissiles provoquée par le déploiement par l’Union soviétique de missiles nucléaires SS-20 menaçant les capitales d’Europe de l’Ouest.

À l’époque, plusieurs millions de personnes avaient manifesté à travers l’Europe contre l’installation de missiles américains à tête nucléaire Pershing par l’OTAN, en réplique à l’initiative russe.

Défense, commerce et frontières : l'exécutif européen suggère ses nouvelles priorités

La Commission européenne se dit prête à perdre de son influence dans certains secteurs politiques en échange d’un renforcement de ses pouvoirs dans les domaines de la défense, de la protection de frontières, de l’immigration, de l’anti-terrorisme et du commerce.

Le New York Times avait évoqué mi-février le déploiement de ces missiles russes SSC-8 (dénomination américaine), mais l’administration américaine n’avait pas jusqu’à présent confirmé ces informations. Selon le quotidien américain, les Russes ont installé leurs missiles dans la région de Volgograd  et sur un second site non identifié.

Renforcement de l’arsenal nucléaire

Le général Selva a précisé que le Pentagone était en train de définir des options possibles pour réagir à ce déploiement, refusant de donner des détails.

« Notre intention […] est de trouver des moyens de pression pour amener les Russes à se remettre en conformité avec le traité », a-t-il déclaré.

Des voix s’élèvent déjà aux États-Unis pour réclamer un renforcement de l’arsenal nucléaire américain en Europe.

La Russie nie pourtant toute violation et accuse à son tour Washington de violer le traité. Elle estime en effet que le système de défense anti-missiles déployé par les Américains en Pologne et en Roumanie pourrait servir le cas échéant à lancer des missiles de portée intermédiaire vers son territoire.

L'Europe lance son QG militaire

Le 6 mars, les ministres à la Défense et aux Affaires étrangères européens ont décidé de créer un centre de commandement commun pour les missions militaires des États membres. Un premier pas vers une plus grande coopération en matière de sécurité et de défense.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.