L’affaire Turow dans l’impasse : les dirigeants régionaux demandent de l’action

D’intenses négociations ont lieu depuis plusieurs jours, mais sans résultat apparent. [EPA/MACIEJ KULCZYNSKI]

Le différend tchéco-polonais concernant la mine de charbon de Turów est dans l’impasse. « Aujourd’hui, nous ne voyons pas l’intérêt de poursuivre les négociations avec la République tchèque au sujet de la mine de Turów, car elles n’ont aucun effet positif », a déclaré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Marcin Przydacz.

D’intenses négociations ont lieu depuis plusieurs jours, mais sans résultat apparent. Les dirigeants régionaux tchèques et polonais demandent maintenant que des mesures soient prises. « Revenez à la table des négociations », a déclaré le gouverneur de la région de Liberec, Martin Půta, dans un message vidéo publié mardi (5 octobre).

En septembre, la Cour de justice de l’Union européenne a ordonné à la Pologne de payer une amende journalière de 500 000 euros parce qu’elle n’avait pas suivi la mesure provisoire de la cour et avait poursuivi ses activités minières à Turów, une mine de lignite située près des frontières tchéco-polonaises.

Des villages tchèques souffrent de pénuries d’eau et ont demandé aux autorités polonaises de limiter l’exploitation minière, mais les deux parties n’ont pas réussi à s’entendre.

Les dirigeants régionaux des deux côtés de la frontière veulent sortir de l’impasse et résoudre la situation.

« Respect et compréhension communs — c’est ce que nous recherchons. Revenez à la table des négociations », a déclaré Wojciech Dobrołowicz, maire de la ville de Bogatynia, où se trouve la mine de Turów.

La Pologne n’a pas encore commencé à payer l’amende quotidienne ordonnée par la Cour européenne. Si la Pologne ne paie pas l’amende, la Commission européenne pourrait déduire les sommes des fonds européens qu’elle reçoit.

Les relations tchéco-polonaises touchent le fond

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawicki a annulé son voyage prévu au sommet démographique de Budapest en raison du différend qui oppose actuellement la République tchèque et la Pologne au sujet de la mine de charbon de Turów, a confirmé un porte-parole du gouvernement polonais.

Subscribe to our newsletters

Subscribe