L’Afghanistan en tête des priorités du gouvernement autrichien

Le premier événement a été organisé par le Chancelier Sebastian Kurz, ci-dessus sur la photo, et le Ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg à Washington où se réunit actuellement l'Assemblée générale des Nations Unies. [CLEMENS BILAN/EPA]

Le gouvernement autrichien a lancé mardi (21 septembre) deux événements à Washington et à Vienne pour discuter de la situation humanitaire en Afghanistan et des défis potentiels concernant la migration et la sécurité.

Le premier événement a été organisé par le Chancelier Sebastian Kurz et le Ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg à Washington où se réunit actuellement l’Assemblée générale des Nations Unies. La table ronde a réuni les chefs d’État et de gouvernement de plusieurs pays, comme le Danemark, le Qatar, le Tadjikistan, le Kazakhstan et la Grèce, pour discuter de la crise humanitaire actuelle en Afghanistan.

« Les Nations unies et la communauté internationale ne doivent pas rester en retrait face à l’évolution alarmante de la situation en Afghanistan », a déclaré M. Kurz dans une déclaration avant la réunion, ajoutant qu’il fallait faire davantage pour garantir le respect des droits de l’homme et des femmes en Afghanistan.

Parallèlement, le ministre de l’intérieur Karl Nehammer a lancé un atelier européen avec la Commission européenne à Vienne pour discuter de la situation actuelle en Afghanistan et de ses implications pour l’environnement sécuritaire dans la région, ainsi que de ses effets sur la migration.

« L’objectif est d’aider sur le terrain et de prévenir les effets négatifs pour l’Autriche et l’UE », a déclaré M. Nehammer dans un communiqué de presse.

Les États membres de l’UE « intéressés et engagés » et d’autres partenaires concernés, comme le HCR ou l’Organisation internationale pour les migrations, participeront à l’atelier, a indiqué le ministère de l’intérieur dans un communiqué.

M. Nehammer espère que son initiative conduira à une mise en œuvre plus rapide de la déclaration sur l’Afghanistan des ministres de l’intérieur de l’UE, adoptée le 31 août, afin d’empêcher les flux migratoires vers l’Europe et une répétition de la crise des réfugiés de 2015.

Ces deux événements représentent l’approche à double tranchant de la politique autrichienne en Afghanistan : si l’Autriche pousse à un engagement humanitaire plus important dans la région, elle place également la prévention des flux migratoires potentiels vers l’UE en tête de son agenda.

Un accord sur les migrations devrait être conclu après les élections françaises, selon le vice-président de la Commission

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe