L’ancien vice-Premier ministre bulgare accusé de discrimination envers les Roms

M. Karakachanov a déclaré qu’il paierait l’amende et que cette sanction ne l’empêcherait pas de dire tout haut ce qu’il pense. [Shutterstock/Melinda Nagy]

La Cour administrative suprême (CAS) a jugé le dirigeant du parti nationaliste VMRO et ancien vice-premier ministre Krassimir Karakachanov coupable de discrimination pour sa déclaration anti-Roms selon laquelle « les Tsiganes en Bulgarie sont devenus très impudents ».

L’affaire a éclaté après que deux hommes d’origine rom ont attaqué un natif bulgare du village de Voyvodinovo en janvier 2019. Les agresseurs ont été identifiés puis condamnés, mais les conséquences de ce qui s’est passé ont affecté toute la communauté rom du village, a déclaré le Comité Helsinki bulgare (BHC), qui a aidé à mener l’affaire.

« Les Tsiganes en Bulgarie sont devenus extrêmement impudents maintenant. Il y a quelques années, ils ont battu un policier, il y a deux jours, ils ont battu un soldat… La tolérance de la société bulgare s’épuise », a déclaré M. Karakachanov aux médias à l’époque.

Le BHC a indiqué que les membres de la communauté rom, qui n’avaient rien à voir avec le crime, ont fait l’objet de menaces publiques et collectives, de dénigrement et ont finalement été expulsés du village parce que leurs maisons étaient illégales.

Dans un premier temps, la Commission pour la protection contre la discrimination (CPD), puis le tribunal de première instance, n’ont rien trouvé à redire à la déclaration de M. Karakachanov. À l’époque, il était vice-premier ministre et ministre de la Défense dans le gouvernement de Boyko Borissov.

Toutefois, la Cour suprême a souligné le fait que la déclaration du vice-premier ministre a été largement citée dans les médias. La Cour a souligné qu’il ne critiquait pas les criminels spécifiques qui portaient une responsabilité personnelle, mais qu’il s’exprimait au nom de l’ensemble du groupe ethnique. La Commission pour la protection contre la discrimination doit maintenant réexaminer la question et pourrait infliger une amende à M. Karakachanov.

M. Karakachanov a déclaré qu’il paierait l’amende et que cette sanction ne l’empêcherait pas de dire tout haut ce qu’il pense.

Il y a quatre ans, le tribunal de district de Burgas a condamné le partenaire de coalition de M. Karakachanov, Valeri Simeonov (NFSB), pour diffusion de discours haineux contre les Roms. À l’époque, M. Simeonov était président du Conseil national pour la coopération sur les questions d’ethnie et d’intégration.

Le tribunal s’est prononcé sur le fameux discours prononcé par M. Simeonov à la tribune de l’Assemblée nationale en décembre 2014, dans lequel il déclarait que les Roms étaient devenus « des êtres humains insolents, arrogants et aigris, exigeant le droit à un salaire sans travailler, exigeant des allocations de maladie sans être malades, des allocations familiales pour les enfants qui jouent avec des cochons dans la rue, et des allocations de maternité pour les femmes ayant l’instinct des chiens errants. »

En septembre dernier, le Parlement européen, dans une résolution, a appelé les États membres à prendre des mesures décisives pour mettre fin à l’antitsiganisme dans leurs sociétés. La Commission européenne a été invitée à mettre au point un mécanisme permettant de suivre le travail des différents pays sur cette question. Le rapporteur de la résolution était le député européen des Verts Romeo Franz, qui est d’origine rom.

Il a déclaré à l’époque que le Parlement européen comptait « des membres racistes comme Angel Dzhambazki (Bulgarie, VMRO), Traian Basescu (Roumanie) et Milan Uhrik (Slovaquie) ». Au cours du débat, M. Dzhambazki a choqué ses collègues en déclarant que les Roms dans l’UE vivent mal par choix.

Covid-19 : un confinement marqué par l'antitsiganisme

Selon un rapport publié par le Centre européen pour le droit des Roms (CEDR), le confinement a connu une montée de racisme institutionnel et de discrimination à l’égard des communautés roms à travers le bloc.

Subscribe to our newsletters

Subscribe