Le chancelier Kurz sous le coup d’une enquête pour corruption

M. Kurz lui-même fait l’objet d’une enquête du ministère public pour abus de confiance et complicité de corruption. [IGOR KUPLJENIK/EPA]

Le bureau du procureur chargé des affaires économiques et de la corruption (WKStA) a ouvert des enquêtes à l’encontre du chancelier autrichien Sebastian Kurz et de neuf autres personnes appartenant à son cercle proche pour des allégations de pots-de-vin, d’abus de confiance et de corruption.

Mercredi 6 octobre, les autorités chargées de la lutte contre la corruption ont effectué une descente au siège du parti conservateur ÖVP, au ministère des Finances et à la chancellerie afin de trouver des preuves supplémentaires de la mauvaise conduite présumée. Parmi les suspects figurent les assistants de M. Kurz ainsi que l’opérateur de l’un des plus grands tabloïds.

M. Kurz lui-même fait l’objet d’une enquête du ministère public pour abus de confiance et complicité de corruption.

Les accusations remontent à 2016, lorsque M. Kurz était encore ministre des Affaires étrangères. Selon l’accusation, le ministère des Finances a utilisé l’argent des contribuables pour payer des sondages qui peignaient M. Kurz sous un jour favorable.

En outre, les autorités anticorruption soupçonnent l’un des plus grands tabloïds autrichiens d’avoir reçu plus d’un million d’euros d’argent publicitaire en échange d’une couverture médiatique favorable à Kurz.

M. Kurz a nié ces accusations. « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours censé être responsable de tous les méfaits », a-t-il déclaré lors d’une interview accordée à l’ORF.

L’ÖVP lui-même a tenté de retourner la situation et a accusé les autorités anticorruption de tenter intentionnellement de nuire à la réputation du parti conservateur. Le chef de faction de l’ÖVP, August Wöginger, a déclaré qu’ils allaient combattre la « myriade de fausses allégations » avec tous les moyens politiques et juridiques à leur disposition.

Les partis d’opposition ont demandé une session parlementaire spéciale et ont exhorté M. Kurz à démissionner.

Les Verts, qui font partie d’une coalition gouvernementale avec l’ÖVP, sont restés prudents sur la question. « J’ai la plus grande confiance dans le système judiciaire », a déclaré Sigrid Maurer, chef de la faction des Verts, dans un communiqué.

Sebastian Kurz soutient la candidature du conservateur Armin Laschet à la chancellerie allemande

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré lors du congrès du Parti populaire européen (PPE) à Berlin jeudi (9 septembre) qu’il soutenait la candidature d’Armin Laschet en tant que futur chancelier allemand et en tant que « force du centre politique ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe