Le manuel de police polonais associe homosexualité et « pathologie sociale »

La marche des fiertés en Pologne s'est tenue le 10 mars 2020. [SARATSTOCK/Shutterstock]

L’alliance du groupe d’opposition de gauche au parlement polonais, a demandé au chef de la police d’expliquer pourquoi un nouveau manuel destiné aux officiers de police et intitulé « Pathologies sociales, problèmes sélectionnés » mentionne la communauté transgenre et LGBT parmi les pathologies sociales.

« Outre les pathologies sociales telles que la toxicomanie et la mendicité, le manuel parle également de la communauté LGBT », a déclaré vendredi (7 mai) la députée de gauche Agnieszka Dziemianowicz-Bąk. « En particulier, les personnes transgenres et gender-queer ont été décrites dans le manuel comme des exemples de pathologie sociale », a-t-elle déclaré.

« Ce sont des personnes qui sont exposées au mal, à la violence et à la discrimination », a précisé Mme Dziemianowicz-Bąk, ajoutant qu’« il était inacceptable que la police, qui est obligée de protéger tous les citoyens (…) indépendamment de ce qu’ils sont, discrimine ces personnes. »

L’année dernière, un certain nombre de conseils locaux en Pologne se sont déclarés zones sans LGBT, tandis que la coalition de la droite unie a été accusée de faire de la communauté LGBT, ainsi que des militants de la santé sexuelle et reproductive, des boucs émissaires à des fins politiques.

L’expression « égalité des sexes » a été supprimée vendredi d’une déclaration sur la promotion de la cohésion sociale dans l’Union européenne, suite au lobbying de la Pologne et de la Hongrie.

La Pologne dément avoir empêché Clément Beaune de visiter les zones "sans idéologie LGBT"

Varsovie a rejeté les allégations du ministre français des affaires européennes Clément Beaune selon lesquelles les autorités polonaises lui auraient refusé l’accès à Kraśnik, l’une des municipalités « sans idéologie LGBT », en invoquant la situation sanitaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer