Le Premier ministre tchèque veut annuler l’appel d’offres pour les tests COVID chinois

epa09000732 Czech Prime Minister Andrej Babis talks with Serbian Prime Minister Brnabic (not pictured) during their meeting in Belgrade, Serbia, 10 February 2021. Prime Minister Babis is on an official state visit to Serbia. EPA-EFE/ANDREJ CUKIC [EPA/ANDREJ CUKIC]

« Je veux que l’appel d’offres soit immédiatement annulé », a déclaré le Premier ministre tchèque Andrej Babiš, ajoutant que Tardigrad International Consulting, qui a remporté l’appel d’offres pour la fourniture de tests COVID-19 pour les écoles tchèques, n’est pas transparent et que l’ensemble de l’appel d’offres est « bizarre ». Le gouvernement discutera lundi des capacités de test et des fournisseurs.

Alors que Tardigrad International Consulting doit livrer un million de tests du fabricant chinois Lepu Medical la semaine prochaine, le site d’information Seznam Zprávy a souligné que la société de logistique ne remplissait pas les conditions de l’appel d’offres. L’appel d’offres a également été critiqué pour avoir préféré la fabrication chinoise à la fabrication tchèque ou européenne.

Les tests sont une condition nécessaire pour assurer l’éducation à la sécurité dans les écoles tchèques. Le gouvernement envisage l’ouverture des écoles à partir de mars, mais la situation épidémiologique du pays est toujours parmi les pires d’Europe. Les écoles sont fermées pour la majorité des élèves depuis octobre, sauf pour les plus jeunes en première et deuxième année de l’école primaire.

Selon l’agence STEM/MARK, neuf Tchèques sur dix sont favorables à la réouverture des écoles. Deux tiers des répondants ont ajouté que les écoles devraient rouvrir si les élèves et les enseignants sont régulièrement testés.

[édité par Mathieu Pollet]

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer