Le sommet européen « route de la soie » étudie les synergies en matière de gaz [FR]

pipeline.jpg

L’Union européenne a fait un pas en avant le 8 mai pour limiter sa forte dépendance au gaz russe en signant un accord pour faciliter la voie à l’importation de davantage de gaz en provenance de la région Caspienne.

En réponse à leur engagement de fournir l’Europe en gaz, l’UE a proposé d’augmenter les échanges et de renforcer les voies de transport avec les producteurs de gaz et les pays de transit tels que la Turquie et l’Azerbaïdjan, qui forment le « Corridor du sud ».

L’accord, signé à Prague par les leaders de l’Europe, de l’Azerbaïdjan, de la Turquie et de la Géorgie, envisage la création d’un consortium central européen d’achat de gaz, et de nouvelles conditions en ce qui concerne le transport du gaz caspien.

La déclaration engage l’UE, en tant que consommatrice, à fournir aux pays producteurs des engagements fiables sur la demande globale. Cela engage les pays producteurs à identifier des volumes additionnels de gaz et de pétrole, sur lesquels des engagements commerciaux n’ont pas encore été pris , et qui peuvent être attribués spécifiquement à l’UE. L’accord reconnaît explicitement l a nécessité pour les pays de transit de s’engager à avoir un régime réglementaire de long terme, prévisible et stable.

Le Kazakhstan, parmi d’autres, a refusé de signer la déclaration

Un point à déplorer est le refus par le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan de signer la déclaration.

Nous n’avons pas encore surmonté tous les obstacles jusqu’ici, et de loin, a reconnu le Premier ministre tchèque démissionnaire Mirek Topolánek, pour qui ce sommet était le dernier en tant que titulaire de la présidence européenne de six mois, avant son remplacement par le nouveau premier ministre, Jan Fischer.

Il saute aux yeux que ces pays n’aiment pas signer ce genre de déclaration et ne le font jamais ; aujourd’hui n’a pas fait exception, a déclaré M. Topolánek, en ajoutant que l’Azerbaïdjan avait signé parce qu’il nourrit un espoir secret européen, à la différence des pays d’Asie centrale.

Mais il a voulu garder un ton positif à son message, comparant le projet à une nouvelle route de la soie, qui verra un flux d’information, de biens, de personnes et d’énergie dans les deux directions.

M. Topolánek a affirmé que l’UE devrait concentrer ses efforts sur un seul projet, comme la construction du projet de gazoduc Nabucco, long de 3 300 km (2 000 miles), pour donner l’impulsion nécessaire au projet gazier.

Le projet Nabucco, d’une valeur de 10 milliards d’euros, envisage de pomper la gas caspien via la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie vers l’Autriche, mais n’a sécurisé qu’environ un cinquième du gaz nécessaire pour le rendre réalisable. Sa principale de source de gaz en Azerbaïdjan pourrait être reporté à 2016.

Les leaders présents au sommet ont aussi convenu que les pays de l’UE et la Turquie conviendraient par un accord intergouvernemental des conditions de fourniture de gaz par Nabucco vers fin juin – une étape qui gommerait une des incertitudes aux yeux des investisseurs potentiels.

L’UE évoque en vain la diversification des ses ressources en gaz depuis des décennies, mais a renforcé sa détermination depuis un conflit en janvier entre la Russie et l’Ukraine, pays de transit : ce conflit avait privé de chaleur des foyers européens.

Des tensions latentes avec Moscou depuis la courte guerre de la Russie avec la Géorgie, en août dernier, ont renforcé la résolution de l’UE.

Acheteur de gaz

L’accord du sommet a appelé à l’enregistrement de futurs progrès dans une Corporation caspienne de développement, qui agirait comme acheteur de gaz européen central – une manœuvre qui vise à mettre un terme aux problèmes récurrents que connaissent les V ingt-sept en termes de sécurisation des accords dans la région .

Il est difficile de s’engager à acheter, a déclaré le commissaire européen chargé de l’Energie, Andris Piebalgs, qui ne dispose pas des attributions pour conclure des accords pour les Vingt-sept.

Le processus est plus long quand l’UE est impliquée que pour des sociétés d’Etat, comme en Chine, a-t-il expliqué.

Le président de la Banque europénne d’investissement, Philippe Maystadt, a affirmé que la Banque avait organisé des négociations avec le consortium derrière Nabucco ainsi que ceux derrière deux autres propositions de gazoducs visant à amener le gaz de la Caspienne vers l’Europe – le gazoduc TAP en Hongrie et le conduit ITGI en Italie.

M. Maystadt a déclaré que, alors que les trois projets étaient tous les trois concentrés sur le transport du gaz à partir d’Azerbaïdjan, il n’existait pas suffisamment de gaz azéri à faire circuler et qu’il faudrait trouver des sources alternatives.

Ce qui est possible, c’est qu’un projet avance plus rapidement : ce projet pourrait fournir du gaz azéri, a-t-il déclaré.

D’autres projets survenus plus tard auraient besoin d’obtenir du gaz du Turkménistan, ce qui implique la création d’une connexion à travers la mer Caspienne, a-t-il poursuivi.

L’accord du sommet a exposé le projet de chercher plus au sud de nouvelles ressources en gaz, par la recherche d’un mémorandum sur l’énergie avec l’Irak dès que possible et par le fait d’aider l’Egypte à développer son propre potentiel d’exportation.

Euractiv avec Reuters. Cet article a été traduit de l’anglais par Euractiv.

A l’occasion du sommet de Prague sur le gaz, le député européen Graham Watson, chef de file au Parlement européen du groupe parlementaire Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE), a prévenu les dirigeants européens de ne pas gaspiller cette opportunité de développer les sources d’énergie verte en Europe.

Selon M. Watson, la diversité et la sécurité énergétique doivent être le but de l’Europe, et cela signifie qu’il y a de vrais bénéfices à l’ouverture de nouvelles routes du gaz. Mais pendant que les dirigeants politiques et les industriels sont occupés à esquisser des cartes et à aménager des pipelines, ils échouent à atteindre les standards verts dont nous aurons besoin pour alimenter en énergie notre futur, selon lui. Si nous nous reposons trop sur les carburants fossiles, l’Europe se retrouvera du mauvais côté de l’Histoire, a affirmé M. Watson.

Il a ajouté qu’un réseau d’infrastructure européen alimenté par les énergies solaires, éoliennes et marémotrices offrirait à l’Europe la chance de se sevrer des carburants fossiles polluants.

Un futur basé sur les énergies renouvelables offrira une énergie sûre, indépendante et verte, a-t-il poursuivi. Cela nécessite du courage politique et des investissements financiers – et cela devrait être dans les priorités de Prague, et dans les priorités de chaque Etat membre dans la campagne pour les élections européennes, a conclu M. Watson.

En mars, les leaders de l’Union européenne ont approuvé un projet d’affecter 3,75 milliards d’euros à des projets sur l’énergie qui tentent d’améliorer la sécurité de l’approvisionnement de l’Europe (EURACTIV 20/03/09).

L’accord de mars a mis fin à des semaines de querelles entre les Etats membres de l’UE sur la question des projets bénéficiaires des financements, et doit faire partie du plan européen de relance pour l’économie.

L’Allemagne s’était tout d’abord opposé à toute mention du projet de gazoduc Nabucco pour finalement renoncer, face à la pression des pays d’Europe centrale et orientale, qui le considèrent comme essentiel pour leur sécurité énergétique.

La réunion de Prague du 8 mai avait été conçue comme un évènement de haut vol réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement. Mais il a été ultérieurement rétrogradé à une réunion de la « troïka européenne », faisant se rencontrer la présidence européenne tchèque, la Commission européenne et le secrétariat général du Conseil.

Les pays invités à participer à la réunion de Prague dite « Corridor du sud » comprennent l’Azerbaïdjan, la Turquie, la Géorgie, le Turkménistan et le Kazakhstan. Mais avant la rencontre, il est apparu que les pays de l’UE doivent encore se mettre d’accord sur les projets qui devraient constituter le « corridor gazier du sud » (EURACTIV 05/05/09)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.