Le Venezuela refuse l’entrée d’eurodéputés

epa07378043 L'ambassadeur d'Espagne au Venezuela Jésus Silva (à droite), l'ambassadeur des Pays-Bas au Venezuela Norbert Braakhuis (à gauche) et l'ambassadeur de l'Union européenne au Venezuela Isabel Brilhante (C) quittent l'aéroport international Simon Bolivar, où ils attendent une mission d’eurodéputés à Caracas, Venezuela, le 17 février 2019. Le Venezuela a expulsé les parlementaires européens qui devaient se rendre dans le pays et tenir plusieurs réunions, dont une avec le chef de l'Assemblée nationale, Juan Guaido, qui est reconnu comme président par intérim du Venezuela par 65 pays. [EPA-EFE/LEONARDO MUNOZ]

Un groupe de députés du Parlement européen s’est vu refuser l’entrée au Venezuela. Le gouvernement de Nicolás Maduro dit craindre une conspiration en faveur de son adversaire autoproclamé, Juan Guaido.

L’opposant Juan Guaido a critiqué l’expulsion de cinq eurodéputés par « un régime isolé et toujours plus irrationnel » à l’orée d’une semaine décisive au Venezuela, avec l’entrée de l’aide humanitaire fixée à samedi, contre l’avis du président Nicolás Maduro.

« Nous sommes en train de nous faire expulser du Venezuela: on nous a confisqué nos passeports, on ne nous a pas communiqué la raison de l’expulsion, pas plus que nous n’avons de document qui justifie pourquoi on nous renvoie du pays », a affirmé l’Espagnol Esteban Gonzalez Pons, l’un des cinq eurodéputés (tous du Parti populaire européen, droite et centre-droit), dans une vidéo tournée depuis l’aéroport de Caracas-Maiquetia.

« Nous sommes la première délégation internationale qui allait rendre visite au président par intérim Juan Guaido. La question n’est pas qu’on ne nous laisse pas entrer, mais qu’on ne laisse le président par intérim voir aucune autorité étrangère au Venezuela », a-t-il également déploré.

Juan Guaido a aussitôt dénoncé sur Twitter « l’usurpateur qui fait monter le coût de ce qui est un fait: la transition. Exerçons toute la pression nécessaire pour parvenir à la fin de cette usurpation. Continuons! »

Le ministre des Affaires étrangères de Nicolás Maduro, Jorge Arreaza, a expliqué sur le même canal que « par voies officielles diplomatiques », Caracas avait « notifié il y a plusieurs jours au groupe d’eurodéputés qui prétendaient visiter le pays, à des fins conspiratives, qu’ils ne seraient pas admis, et il leur a été demandé de renoncer et d’éviter ainsi une autre provocation ».

Le régime de Nicolás Maduro, soutenu par la Russie, la Chine, la Turquie, l’Iran et Cuba, contrôle les frontières du pays. Juan Guaido, chef du Parlement qui s’est auto-proclamé président par intérim le 23 janvier, est pour sa part reconnu par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis, sans avoir les leviers du pouvoir exécutif.

L'Europe souhaite des élections au Venezuela

Alors que les présidents d’Amérique latine reconnaissent un à un le président autoproclamé au Venezuela, le leader de l’opposition Juan Guaidó, l’UE reste réticente à emboiter le pas des États-Unis et appelle plutôt à des élections libres et crédibles.

« Un million de volontaires »

L’opposant a donné rendez-vous à ses partisans pour convoyer samedi l’aide humanitaire stockée dans des pays frontaliers. Il a promis qu’à cette date, l’aide entrerait « quoi qu’il arrive », « par la terre ou la mer », pour former une « avalanche humanitaire ». Au risque d’une épreuve de force avec l’armée loyale à Nicolás Maduro, qui y voit un prétexte pour une intervention militaire des États-Unis.

Dans ce pays en plein marasme économique, miné par l’hyperinflation et les pénuries, l’aide d’urgence est au coeur du conflit entre les deux hommes, et ce samedi pourrait en être le point d’orgue.

Juan Guaido vise « un million de volontaires », « sur le terrain ou de manière active sur les réseaux sociaux », a-t-il écrit aux 60 000 bénévoles qui ont déjà répondu à son appel. Tout en convoquant des manifestations de soutiens ce même samedi.

Constitués en « caravanes », les volontaires se rendront en autocars jusqu’à la ville frontalière colombienne de Cucuta, à la frontière avec le Brésil, où deux centres de stockage sont installés dans l’Etat du Roraima, et au point d’arrivée de l’aide qui sera envoyée depuis l’île néerlandaise de Curaçao.

En attendant, des groupes de volontaires s’activaient lors de réunions de préparation. Et dans des installations de fortune baptisées « campements humanitaires », à plusieurs endroits du pays, des personnels médicaux (aides-soignants et médecins généralistes, pédiatres, nutritionnistes etc.) recevaient des patients des alentours.

Mari Tovar, mère de trois enfants, dont l’un souffre de dénutrition, s’est inscrite sur le site internet pour apporter son aide. « Si vous petit-déjeunez, vous ne déjeunez pas, si vous déjeunez, vous ne dînez pas », dit-elle. « Je veux que mes enfants aient accès à des médicaments et à de la nourriture. »

Maduro rejette l’ultimatum européen

Le chef de l’État vénézuélien Nicolas Maduro a rejeté l’ultimatum de plusieurs pays européens pour l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle. La France, l’Espagne et la Suède ont reconnu l’opposant Juan Guaido comme président.

« Pas d’urgence humanitaire »

Nicolás Maduro nie toute « urgence humanitaire ». Il n’est donc pas question pour lui de laisser entrer l’aide, qui n’est que de la « nourriture pourrie », des « miettes ».

Assurant que son gouvernement distribue de l’aide alimentaire à six millions de familles, il rejette la responsabilité des pénuries sur les sanctions américaines, dont Caracas évalue l’impact à 30 milliards de dollars par an sur l’économie vénézuélienne.

Donald Trump mercredi envisageait mercredi « toutes les options » pour régler la crise vénézuélienne. Nicolás Maduro a demandé à son armée de préparer un « plan spécial de déploiement » à la frontière colombienne, longue de 2 200 km. Il souhaite évaluer « quelles nouvelles forces » sont nécessaires pour que cette frontière « soit inviolable, imbattable, inexpugnable ».

Juan Guaido a lui réitéré son appel aux militaires à se mettre « du côté de la Constitution », et à laisser passer l’aide humanitaire.

Des vivres et médicaments envoyés par les États-Unis à l’appel de Juan Guaido sont stockés à Cucuta depuis le 7 février. Leur entrée est bloquée au moyen de conteneurs déposés sur un pont frontalier par les autorités de Caracas.

Des dizaines de tonnes supplémentaires ont commencé à atterrir vendredi et samedi à Cucuta, en provenance de bases américaines.

Des Vénézuéliens de Miami se sont également mobilisés en déposant par dizaines des médicaments et produits de première nécessité dans un dépôt près de la ville floridienne. A la fin de la journée de dimanche, ces dons représentaient « plus de mille caisses », a précisé à l’AFP le représentant de Juan Guaido aux Etats-Unis, Carlos Vecchio.

Le point de stockage du Roraima, où le gouvernement brésilien a prévu treize centres d’hébergement pour immigrés vénézuéliens, doit être mis en service lundi. Et un avion arrivera mardi à Curaçao en provenance de Miami.

Le sénateur américain Marco Rubio, candidat aux primaires des républicains pour la dernière élection présidentielle, a apporté son soutien au camp Guaido en visitant dimanche le centre de stockage de Cucuta.

De nouvelles sanctions européennes «ciblées et réversibles» contre le Vénézuela

L’Union européenne a décidé lundi d’imposer de nouvelles sanctions contre le régime au pouvoir au Venezuela en réaction aux nombreuses irrégularités constatées lors de l’élection présidentielle remportée par Nicolas Maduro, lequel a aussitôt dénoncé cette mesure.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.